#cryptographie


S'abonner
| radar

Crypto AG: ouverture d’une seconde enquête

Keystone Alexandra Wey

Qui à Berne connaissait l’implication de la CIA dans l’entreprise zougoise de cryptographie? Après le Conseil fédéral, c’est au tour de la Délégation des commissions de gestion du parlement d’ouvrir une enquête. Crypto AG, qui avait fourni sa technologie à l’Iran, l’Argentine ou l’Arabie Saoudite, servait jusqu’en 2018 de relais aux écoutes du renseignement américain.

link

Le Temps

| radar

Face au FBI, Apple tiraillé entre sécurité et vie privée

Image d'illustration | Pisqels

Le FBI veut l’aide d’Apple pour décoder le contenu de l’iPhone de Mohammed Saeed Alshamrani, le tueur de Pensacola. La firme de Cupertino tente le grand écart diplomatique et se refuse à développer une solution standard de déchiffrement à l’intention des autorités. Derrière cette affaire de terrorisme se joue une guerre de principes politiques, entre partisans de la sécurité et défenseurs de la vie privée. Selon Apple, créer une solution pour le FBI aurait comme conséquence de rendre les iPhones moins sûrs, plus accessibles pour le gouvernement mais aussi pour les hackers.

Après la tuerie de San Bernardino en 2016, Apple s’était déjà vu demander la même chose par le FBI. Sans succès. Une société tierce avait alors résolu le problème en accédant à l’iPhone de l’assaillant.

link

Wired

| | news

L'informatique quantique menacera-t-elle un jour nos standards de cryptographie?

Image d'illustration | Jannete Mark/Creative Commons/Flickr

L’informatique quantique, par sa promesse de démultiplier la puissance de calcul disponible, attise de grands espoirs, mais aussi les craintes des professionnels de la cryptographie. Le risque: rendre caducs des algorithmes aujourd’hui standards. Une étude réalisée par deux chercheurs (dont un chercheur de Google), relayée par nos confrères du MIT Technology review (EN), a estimé à partir de quel seuil.

Pourquoi c’est important. Les systèmes cryptographiques garantissent—entre autres— la sécurité des transactions bancaires. Ils doivent être raisonnablement difficiles à briser par les ordinateurs actuels. Or, de nombreux algorithmes de chiffrement exploitent la difficulté à factoriser (c’est-à-dire écrire sous forme de multiplication) facilement un très grand nombre… Un problème mathématique dont l’informatique quantique, par son architecture différente, pourrait ne faire qu’une bouchée dans les années à venir.

| | news

Alan Turing, un génie des mathématiques détruit par l'intolérance

La statue d'Alan Turing, une pomme dans la main, au mémorial de Sackville Park | Lmno - Creative Commons

Le New York Times rend hommage au mathématicien britannique Alan Turing aujourd’hui, sous une forme inhabituelle: le quotidien publie une nécrologie pour réparer un “oubli”, il y a 65 ans. Le quotidien publie ce mois-ci plusieurs nécrologies de figures LGBT, en réponse à l’intolérance croissante de nos sociétés.

Pourquoi c’est important. On doit beaucoup à Alan Turing, qui a notamment conduit l’équipe qui a vaincu Enigma, la machine à coder les messages des nazis, et posé les concepts de l’ordinateur moderne. Mais, parce qu’il était homosexuel, Turing a été traité en criminel et obligé de se soumettre à une castration chimique. Il s’est suicidé le 7 juin 1954.