#conservation


Abonnez-vous
| | radar

Le cerf-souris du Vietnam, plus petit ongulé au monde que l'on pensait disparu, refait surface

On l'appelle Tragulus versicolor, chevrotain à dos argenté ou encore cerf-souris du Vietnam | SIE/GWC/Leibniz-IZW/NCNP

Le cerf-souris du Vietnam, ou chevrotain à dos argenté, a refait surface en Asie, alors qu’on ne l’avait plus observé depuis près de 30 ans. Il s’agit du plus petit ongulé du monde. Ces travaux scientifiques, publiés par la revue Nature Ecology & Evolution, sont rapportés par le New York Times.

Pourquoi c’est important. En mai dernier, l’IPBES, aussi appelé «GIEC de la biodiversité», dressait un bilan catastrophique — entre autres — de la diversité des espèces. Dans ces conditions, cette redécouverte est-elle vraiment une bonne nouvelle? Pas forcément, argumentent certains biologistes, qui craignent que l’espèce, décimée par la chasse, ne redevienne vulnérable du fait de sa médiatisation. Les chercheurs ont néanmoins tenu secrètes les localisations où leurs pièges photographiques ont pu observer l’animal.

link

Lire l'article publié par le New York Times

| | news

Des drones sont en test pour défendre les requins contre la pêche illégale

Détection des bateaux par l'intelligence artificielle embarquée | Virginia Tech

Des drones autonomes pour seconder les autorités dans la lutte contre la pêche illégale, c’est ce que développe Francesco Ferreti et son équipe du Virginia Tech. Il présentait cette technologie lors du symposium 2019 de science marine organisé par la Fondation Bertarelli et auquel Heidi.news était invité. Les premiers prototypes sont actuellement à l’essai dans l’archipel des Chagos, dans le territoire britannique de l’Océan Indien (BIOT).

Pourquoi c’est important. C’est un jeu de cache-cache quelque peu morbide qui se déroule dans les océans. Dans le rôle de l’attrapeur, les différentes autorités de protection de l’environnement. Dans celui des attrapés, les bateaux de pêche illégale qui sillonnent les mers. Problème: la zone protégée marine entourant l’archipel des Chagos fait à elle seule 545’000 km², soit 13 fois la Suisse. Dès lors, l’utilisation de drones autonomes permettrait de couvrir de larges zones afin de détecter les bateaux suspects.

| | news

A Genève, la convention sur les espèces menacées s'achève par une maigre avancée pour les éléphants

Image d'illustration | Rolf Dobberstein / Pixabay

De beaux efforts, mais peut mieux faire, notamment sur la protection des éléphants. C’est ce qu’il faudra retenir de la dernière convention des parties de la commission internationale sur le commerce des espèces menacées (CITES), qui se termine actuellement à Genève. Son bilan, en demi-teinte car marqué par les attentes déçues des défenseurs des éléphants, reste toutefois positif pour de nombreuses espèces.

Pourquoi c'est dommage. La déconvenue subie par les défenseurs de l’éléphant, aucune des propositions formulées n’ayant finalement été acceptées, donne un sentiment de rendez-vous manqué pour ceux qui souhaitaient voir sa protection étendue à l’ensemble de l’Afrique. Même la mesure défendue par Israël, visant à protéger l’ivoire de mammouth pour défendre celui de son cousin moderne, a été écartée. Un lot de consolation toutefois: les parties ont décidé, en plénière, de bannir la capture et l’envoi d’éléphants sauvages vers les zoos et autres parcs animaliers.

| | radar

Plus de cent pays votent en faveur de la protection du requin mako

Requin mako, image d'illustration | Mark Conlin / SWFSC Large Pelagics Program

Les parties de la CITES, en réunion à Genève ces jours, ont tranché: les requins makos entreront bien dans son annexe II, ce qui va limiter drastiquement leur commerce international. Au final, ce sont 102 pays qui ont voté en leur faveur et 40 pays contre, indique le National Geographic.

Pourquoi c’est important. Sarah Fowler, de la fondation Save our Seas, rappelait déjà la semaine dernière dans Heidi.news que le requin mako est menacé par la surpêche dont il est victime. Or ce squale présente un intérêt commercial important pour plusieurs pays, dont le Japon, qui conteste les conclusions scientifiques sur l’état de santé des populations de requin mako.

link

Lire l'article du National Geographic (EN)

| | news

L'Union européenne ne veut, pour l’heure, pas renforcer la protection des éléphants

Deux éléphants de Namibie. Image d'Illustration | Anita / Pixabay

Coup dur pour la protection des éléphants à la conférence de la CITES se tenant ces jours à Genève: aucune des propositions sensées améliorer la situation des populations du sud de l’Afrique n’a été acceptée. La fondation de défense des animaux Franz Weber (FFW) pointe du doigt notamment la responsabilité de l’Union européenne (UE).

Pourquoi c’est important. Actuellement, les populations d’éléphants d’Afrique du Sud, du Zimbabwe, de la Namibie et du Botswana sont inscrites à l’Annexe II de la CITES. Cela implique que sous certaines conditions, les pachydermes de ces quatre pays peuvent encore faire l’objet de commerce international, notamment pour leur ivoire mais aussi comme animaux vivants. De nombreux pays d’Afrique de l’Ouest, dont le Gabon et la Côte d’Ivoire, proposaient de les inscrire dans l’Annexe I, interdisant tout commerce sauf exceptions.

| | twitter

La proposition d'interdire le commerce domestique d'ivoire d'éléphant rejetée à la CITES

Neuf pays africains, dont le Gabon et le Burkina Faso, avaient proposé à la conférence de la CITES se tenant actuellement à Genève d’interdire le commerce interne d’ivoire d’éléphant. Ceci afin de réduire les possibilités d’écouler l’ivoire obtenu par braconnage. Cette proposition vient d’être refusée.

newsletter_point-du-jour

Recevez_ chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

| | radar

Au Brésil, les pesticides tuent un demi-million d'abeilles en trois mois

Image d'illustration | PollyDot / Pixabay

Plusieurs Etats du sud du Brésil sont frappés par une véritable hécatombe au sein de leur population d’abeilles. Un demi-million ont péri en trois derniers mois, raconte la BBC. En cause: l’utilisation massive de pesticides contenant des néonicotinoïdes, déjà interdits en Europe pour leur impact sur les insectes.

Pourquoi c’est important. Au-delà de la production de miel, les abeilles jouent un rôle important dans l’agriculture: un tiers de notre nourriture actuelle est dépendante de la pollinisation par les abeilles. Or, au cours de l’année écoulée, le Brésil a levé ses restrictions sur l’emploi des néonicotinoïdes afin de soutenir son modèle agricole, ce qui met en danger les populations d’abeilles.

link

Lire l'article de la BBC (EN)

Commandez notre Revue

Votre cerveau a été piraté

| | interview

Le sort du requin mako et des raies-guitares se joue à Genève

Raie-guitare à tête ronde, une des espèces devant intégrer l'Annexe II de la CITES | Creative Commons

La Convention sur le commerce international des espèces menacées d’extinction (CITES) tient en moment à Genève sa dix-huitième conférence des parties. L’objectif de cette rencontre consiste à mettre à jour ses listes d’espèces devant faire l’objet de protections particulières.

C’est notamment le cas du requin mako et de plusieurs espèces de raies-guitares, menacés par la surpêche. Une trentaine de pays souhaitent les voir intégrer l’Annexe II de la CITES, afin que leur commerce soit réglementé. Leur cause est notamment défendue par Sarah Fowler, membre du comité scientifique de la fondation Save our Seas, basée à Genève.

| | news

Living libraries to ensure food security

Illustration image | Malcolm Manners / www.flickr.com (CC BY 2.0)

One of the first things to do in the morning is to have a cup of coffee. On average, the Swiss drink more than three cups a day. With more than seven million tonnes per harvest season, the coffee bean is one of the world's most important commodities. Not only passionate coffee drinkers should therefore be concerned about the scientists’ report at the beginning of the year stating that 60 percent of wild coffee plants are threatened with extinction. The study is alarming because important traits are lost, with which the plants react to changes in the environment or which could one day become important in breeding, if genetic diversity shrinks.

Why it matters. There are more than 50,000 edible plants worldwide. However, climate change, habitat loss, invasive species and diseases are increasingly affecting them. A large genetic diversity is advantageous for coping with changing conditions. However, many of our crops are genetically impoverished due to years of breeding for high and uniform yields and other properties valued in agriculture. This makes it more difficult for plants to adapt to new environmental conditions and narrows the scope for growers.

| | news

Quels sont les enjeux de la conférence sur le commerce des espèces menacées?

Le poisson-cardinal de Banggai est un poisson de mer lourdement menacé par l'industrie des aquariums | Jens Petersen/Creative Commons

La 18e conférence de la CITES, la Convention sur le commerce international des espèces sauvages menacées, débutera ce samedi à Genève. Jusqu’au 28 août, les 183 Etats signataires devront s’accorder sur les espèces dont la vente doit être interdite ou sévèrement encadrée.

Pourquoi c’est important. Le dernier rapport du groupe international d’experts sur la biodiversité IPBES, paru début mai, estime qu’un million d’espèces se trouvent en danger d’extinction. Les régulations du commerce international représentent un outil indispensable pour soutenir les mesures de conservation.

| | radar

Une épidémie menace l’un des oiseaux emblématiques de Nouvelle-Zélande

Le Kakapo, plus grand perroquet du monde, est également un des oiseaux les plus menacés | Jake Osborne / Department of Conservation (NZ)

Une infection fongique, l’aspergillose, se répand au sein de la population de kakapos, le plus gros perroquet du monde, endémique en Nouvelle-Zélande, raconte Sciences et Avenir.

Pourquoi c’est grave. Le kakapo est une espèce menacée d’extinction dont on ne compte plus qu’une centaine d’individus matures. Or 36 spécimens ont dû être hospitalisés. Cinq poussins et deux adultes sont morts depuis le 18 avril.

| | news

Quand la préservation du grand requin blanc menace la loutre de mer

Un grand requin blanc attaque une reproduction de phoque | Bernard DUPONT - Creative Commons

Que faire quand on se doit de protéger toutes les espèces et que l’une mange l’autre? C’est la question passionnante que pose Scientific American (EN).

Pourquoi on vous en parle. Il y a tellement d’espèces menacées aujourd’hui, que la préservation de l’une peut aisément en décimer d’autres. C’est ce qui se passe dans les eaux californiennes, où les populations de loutres de mer paient un lourd tribut après le rebond de la population de grands requins blancs.