#Conseil fédéral


S'abonner
| | news

Le Conseil fédéral tire un premier bilan des onze premiers jours de confinement contre le coronavirus

Le conseiller fédéral Alain Berset et Daniel Koch (de dos), chef de la division maladies transmissibles de l’OFSP, lors de la conférence de presse du Conseil fédéral le 27 mars, à Berne. | Keystone / Peter Klaunzer

Lors de sa conférence de presse de ce vendredi 27 mars, le Conseil fédéral a tiré un premier bilan des mesures prises le 16 mars lors de la déclaration de situation extraordinaire. Alain Berset, conseiller fédéral en charge de la santé, s’est dit satisfait du comportement de la population ces onze derniers jours et demande de continuer à respecter le confinement au vu de l’augmentation des infections toujours en cours. Il appelle également la population à renoncer aux vacances et déplacements à Pâques. La Conseil fédéral a également décidé d’autoriser les déménagements prévus fin mars, tout en assouplissant délais de paiement et de résiliation.

Pourquoi on en parle. La population suisse vit en situation extraordinaire depuis plus d’une semaine. Pour l’instant, les mesures de distanciation sociales et les nombreuses fermetures de restaurants, magasins et lieux de divertissements n’ont pas encore permis de ralentir la propagation de l’épidémie de Covid-19. Il est donc important de continuer l’effort collectif pour éviter la surcharge du système hospitalier et éviter de nouvelles contaminations.

| | news

Alain Berset: «Nous sommes dans un marathon, pas un 100 mètres»

Les conseillers fédéraux Guy Parmelin et Alain Berset. | KEYSTONE/Peter Klaunzer

Les mesures prises par la Confédération pour ralentir la progression du coronavirus sont bien suivies, a indiqué le Conseil fédéral lors d’une conférence de presse en forme de premier bilan, ce mercredi 25 mars à Berne. Il a indiqué que la police rencontrait relativement peu de problèmes. Le gouvernement a également présenté de nouvelles mesures économiques, portant essentiellement sur l’assurance-chômage.

Pourquoi c’est important. Certains médecins continuent de demander des mesures de confinement plus strictes. Mais le Conseil fédéral reste sur sa ligne. Alain Berset, le ministre de la santé, a toutefois souligné que la discipline et la responsabilité individuelle dont les Suisses font preuve devra se poursuivre dans la durée. «C’est un marathon, pas un 100 mètres. Il va nous falloir de l’endurance», a-t-il déclaré.

| | news

32 milliards de plus pour l'économie suisse face à l'épidémie de coronavirus

Les conseillers fédéraux Ueli Maurer et Guy Parmelin à leur arrivée à la conférence de presse de ce vendredi 20 mars. | KEYSTONE/Peter Klaunzer

Le Conseil fédéral a dévoilé de nouvelles mesures pour soutenir l’économie ce vendredi 20 mars. Elle prévoit de débloquer 32 milliards supplémentaires, après les 10 milliards déjà annoncés la semaine dernière. Ce nouveau montant a pour but de sauvegarder les emplois et garantir les salaires. Il doit aussi aider la culture (280 millions de francs), les organisations sportives (100 millions) ou encore le tourisme (530 millions).

Pourquoi c’est important. Les entreprises suisses et leurs employés sont durement touchés par la crise du coronavirus. Guy Parmelin, le conseiller fédéral en charge de l’économie, a indiqué que l’économie suisse fonctionnait désormais à 80% de sa capacité. «Nous devons tout faire pour la maintenir à un niveau suffisant», a-t-il ajouté.

Chaque jour, la newsletter qui vous livrera infos, témoignages et analyses au cœur des hôpitaux.

| | news

Pas de confinement mais des amendes pour les rassemblements de plus de 5 personnes

Le conseiller fédéral Alain Berset en conférence de presse. | KEYSTONE/Anthony Anex

Exceptionnellement, nous avons décidé de mettre cet article et ces graphes à disposition gratuitement tant ces données sont importantes pour bien réagir face à l'épidémie en cours et mieux la comprendre.

La rumeur de l’annonce d’un confinement de la population à domicile enflait depuis plusieurs jours. Mais finalement, c’est non. Le Conseil fédéral ne veut pas obliger les Suisses à rester chez eux et préfère continuer de miser sur la responsabilité de chacun pour freiner la propagation du coronavirus. Il durcit tout de même ses mesures et annonce une amende de 100 francs pour les rassemblements de plus de cinq personnes dans l’espace public. Il prévoit par ailleurs un nouveau soutien à l’économie de 32 milliards de francs.

Pourquoi c’est important. Face à l’aggravation de l’épidémie, les voix appelant au confinement se sont multipliées ces derniers jours parmi les médecins, les citoyens, mais aussi au sein de certaines autorités cantonales.

| | news

Simonetta Sommaruga: «Une réaction forte s’impose dans tout le pays!»

Les quatre conseillers fédéraux qui ont placé le pays en «situation extraordinaire» ce lundi 16 mars. | Keystone / Anthony Anex

Exceptionnellement, nous avons décidé de mettre cet article à disposition gratuitement tant ces informations sont importantes pour bien réagir face à l'épidémie en cours et mieux la comprendre.

Ce lundi 16 mars, le Conseil fédéral a placé le pays en «situation extraordinaire». Dès ce soir minuit, et jusqu’au 19 avril, tous les magasins, marchés, restaurants, bars, lieux de divertissements et loisirs sont fermés dans toute la Suisse. Les manifestations publiques et privées sont aussi interdites. De plus, les contrôles aux frontières sont étendus à l’Allemagne, la France et l’Autriche, comme c’est déjà le cas avec l’Italie. Quelque 8000 militaires ont également été mobilisés pour apporter leur soutien aux hôpitaux, dans le secteur de la logistique et dans la sécurité (frontières et ambassades).

Pourquoi c’est historique. Cette situation extraordinaire s’apparente à un état d’urgence. Le Conseil fédéral prend ainsi les rennes dans la gestion de la crise du coronavirus. Les cantons n’ont plus la possibilité de décider dans leur coin. La population de l’ensemble du pays est appelée à rester à la maison et à respecter les mesures mises en place par le Conseil fédéral. Le Conseil fédéral se refuse encore à placer l’ensemble du pays en confinement, mais n’hésitera pas à le faire si la population de coopère pas.

| | news

La Suisse ferme ses écoles et introduit le contrôle aux frontières

Frontière franco-suisse à Genève. | Keystone / Christian Beutler

Lors de sa conférence de presse, très attendue de ce 13 mars, le Conseil fédéral, en présence de Simonetta Sommaruga, Alain Berset, Guy Parmelin et Karin Keller-Sutter, a annoncé que la situation actuelle est sérieuse et a décidé de renforcer les mesures restrictives: fermeture des écoles du pays, introduction de contrôles à toutes les frontières, restrictions d’entrée sur le territoire national, limitation des manifestations publiques et privées à cent personnes et aide d’urgence pour l’économie.

Pourquoi c’est important. La fermeture des écoles doit permettre de limiter la transmission intra-scolaire et, par conséquent, permettre de ralentir la transmission de Covid-19 dans la population. Le Conseil fédéral conseille également de renoncer aux déplacements en transports publics.

| | radar

La faîtière des hôpitaux H+ ne veut pas d'une réforme qui pourrait fermer 120 hôpitaux

Hôpital du Jura bernois à Moutier. | KEYSTONE / Jean-Christophe Bott

Le 12 février, Alain Berset a mis en consultation la révision de l'ordonnance sur l’assurance-maladie (OAMal). Le but est d’uniformiser les normes dans le système hospitalier afin d'économiser des coûts et d'augmenter la transparence. Les nouvelles dispositions doivent entrer en vigueur le 1er janvier 2021 et prévoient que les partenaires tarifaires et les cantons déterminent les tarifs selon une même méthodologie dans tout le pays. La faîtière hospitalière H+ rejette cette uniformisation.

Pourquoi c’est important. Selon la faîtière, cette réforme conduira à un manque à gagner de 670 millions de francs chaque année, à moyen terme. Un écart important par rapport au calcul du Conseil fédéral qui annonçait des sommes de l’ordre de 200 à 250 millions de francs. H+ avertit que cela pourrait conduire à la fermeture de 120 hôpitaux et à la suppression de 10’000 emplois, principalement au niveau des petites structures pourtant essentielles aux soins de base dans les zones rurales et montagneuses.

link

A lire dans la NZZ (DE)

| | news

Le Conseil fédéral interdit les manifestations de plus de 1000 personnes à cause du coronavirus

Alain Berset, conseiller fédéral en charge de la santé. | Keystone / Anthony Anex

Le Conseil fédéral, par la voix d’Alain Berset, a décidé d’interdire toutes les manifestations de plus de mille personnes dans le pays dès ce matin 28 février 10 heures, et jusqu’au 15 mars 2020. Cette décision a été prise alors que le nombre de personnes positives au Covid-19 est passé à 15, avec une centaine de personnes placées en quarantaine. Toutes les manifestations sont concernées: salon de l’automobile à Genève, carnaval de Bâle, matchs de hockey sur glace et de football, concerts….

Pourquoi c’est important. C’est la première fois que le Conseil fédéral annule des manifestations publiques. Les autorités suisses s’attendent à ce que le nombre de cas augmente dans les prochains jours et semaines. Cette mesure devrait permettre, espère le Conseil fédéral, de limiter la propagation du Covid-19. Le concept de «situation particulière» est défini à l’article 6 de la Loi sur les épidémies: il permet à la Confédération de prendre des mesures au niveau national, leur application étant sous la responsabilité des cantons.

| | radar

Levée de boucliers contre la nouvelle loi sur les EPF

La nouvelle loi sur les EPF sera débattue au parlement. | Ennio Leanza / Keystone

La Confédération prévoit de réviser la loi sur les EPF. Le Conseil fédéral a transmis son message au parlement sur ce sujet en novembre dernier. Mais le projet, qui se traduit par un renforcement du rôle du Conseil des EPF, l’organe de surveillance des écoles polytechniques fédérales de Lausanne et Zurich ainsi que de quatre importants centres de recherche (PSI, WSL, Empa, Eawag), est loin de plaire à tout le monde, raconte la NZZ am Sonntag. Dans une lettre au Conseil fédéral, les institutions concernées dénoncent une «mise sous tutelle» et une «limitation de l’indépendance scientifique».

Pourquoi c’est intéressant. Le projet de révision de la loi intervient dans un contexte tendu. Le Conseil des EPF souhaite fusionner les deux instituts de recherche WSL et Eawag, une ambition qui suscite d’importantes réticences. Une autre affaire a également provoqué des remous à la fin de l’année dernière: le conseiller fédéral Guy Parmelin aurait tenté de freiner la publication d’un rapport sur la qualité de l’eau provenant de l’Eawag, avait révélé une enquête du Blick.

link

Lire l'article de la NZZ am Sonntag

newsletter_point-du-jour

Recevez chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

| | radar

Un collectif de scientifiques pour l'entrée des verts au Conseil fédéral

Jacques Dubochet à une manifestation pour le climat, septembre 2019 | Cyril Zingaro/Keystone

Dans une lettre publiée par Le Temps, 81 scientifiques suisses, parmi lesquels le prix Nobel de chimie Jacques Dubochet, appellent à élire un représentant (ou une représentante) des Verts au Conseil fédéral. Cette tribune survient alors que les partis écologistes ont réalisé une percée importante lors des dernières élections parlementaires.

Pourquoi on en parle. Les signataires de cet appel soulignent que toutes les conditions sont maintenant réunies pour faire entrer les verts au Conseil fédéral, et appellent les parlementaires fédéraux à voter en leur faveur. Une entrée selon eux nécessaire au vu de l’urgence environnementale. Ils regrettent également le blocage que semblent mettre en place les autres partis.

link

Lire la tribune dans Le Temps