#climat


S'abonner
| | analyse

Les tours de passe-passe de l'industrie aérienne pour minimiser ses émissions carbone

Objetctifs d'atténuation des émissions de CO2 de l'aviation. Voir plus bas pour les explications. | OACI

Dans un communiqué envoyé le 12 décembre, l’Association internationale du transport aérien (IATA, pour International Air Transport Association) s’enorgueillit d’avoir vu chuter depuis 1990 de 50% les émissions de CO2 de ses vols… par passager. L’aérien de plus en plus vertueux pour le climat, vraiment? Ou faut-il n’y voir qu’un tour de passe-passe mathématique?

Pourquoi c’est important. L’association aérienne évoque, outre la baisse des émissions par passager, une amélioration de 2,3% dans le rendement des moteurs. Dans son communiqué, elle se réjouit aussi de la mise en place, à partir de 2020 du schéma de compensation carbone CORSIA. Pourtant, ces chiffres avantageux ne disent pas l’essentiel: les émissions globales du transport aérien n’ont jamais été aussi hautes… et surtout, sont amenées à s’accroître encore, poussées par la demande mondiale, en particulier en Asie.

| | opinion

L'enseignement du peuple autochtone des Kogis face aux défis climatiques

DR

Jean-Claude Vignoli est l'ancien directeur des programmes de l'ONG UPR Info (droits humains), dont il est le cofondateur. Il a aussi été responsable national au sein de l'ONG EAGLE (lutte contre le traffic d'animaux) et membre du comité des Verts de la Ville de Genève. Il parcourt actuellement l'Amérique Latine, et a résidé chez plusieurs peuples autochtones, notamment les Bri-bri au Costa Rica, les Waayou et plus récemment les Kogi en Colombie.

Les Kogis sont un peuple autochtone de la Sierra Nevada de Santa Marta vivant en Colombie, fermé au monde extérieur, mais qui milite pour un changement profond, universel et concret de notre rapport à la nature. Comment passer des paroles aux actes? C’est l’enseignement qui m’a été transmis durant mon passage dans une communauté nommée Dumingueka.

Pourquoi c’est important. L’urgence climatique est désormais actée par presque tous. Mais si les réunions aux sommets, comme la COP25, s’accumulent, de quoi accouchent ces engagements internationaux? De programmes pour relancer l’économie, et in fine de Black Fridays. L’enseignement des Kogis résonne singulièrement avec le défi climatique d’aujourd’hui.

| | radar

Les marchés carbone, le dossier chaud qui menace de ruiner l’accord de Paris

Manifestation à Madrid en marge de la COP25. | Bernat Armangue /AP/Keystone

La COP25 de Madrid s’achèvera demain, vendredi 13 décembre. Or un point crucial reste en suspens et fait l’objet de difficiles négociations entre les Etats: la question des marchés carbone et la manière dont ils sont régulés dans l’accord de Paris, à son article 6. Le Monde décortique ce dossier complexe en décrivant de manière très claire les mécanismes qui posent problème, mais aussi les enjeux politiques qui en découlent.

Pourquoi c’est important. Les gouvernements doivent s’entendre sur l’article 6 afin de rendre l’accord de Paris opérationnel le 1er janvier 2021. Deux instruments y sont prévus. Le premier porte sur les échanges de quotas d’émissions entre pays, qui permettent à ceux qui polluent moins de revendre leurs certificats à ceux qui polluent plus. Le second concerne les échanges de crédits carbone générés par des projets de réduction des émissions. Le système doit aider les Etats à atteindre leurs objectifs climatiques, mais en l’absence de règles claires, il risque de menacer la crédibilité et l’efficacité de l’accord. En ligne de mire: le danger du double comptage des réductions d’émissions dans deux pays différents, qui donnerait l’impression d’une baisse des rejets de CO2 plus rapide que la réalité.

link

Lire l'article du Monde

Nos offres de fin d'année

| radar

Au Japon, le mystique lac Suwa ne gèlera plus à cause du réchauffement

Des omiwatari, sur le lac Suwa; Image: Creative Commons

Au coeur de la préfecture de Nagano, les prêtres Shinto ont pour tradition de veiller sur le lac Suwa. Depuis 600 ans, ils enregistrent minutieusement les variations climatiques qui gèlent le lac et créent parfois un omiwatari (la traversée des dieux), deux blocs de glaces qui s'entrechoquent en une crête.

Pourquoi c’est important. Cette tradition climatique, l’une des plus anciennes du monde, disparaîtra bientôt avec la glace du lac à cause du réchauffement de la planète. Selon Reuters, qui a réalisé un long format à propos de cette histoire, le lac Suwa avait pour habitude de connaître plusieurs jours de suite une température en dessous de moins 10 degrés Celsius. De nos jours, la glace se fait alors de plus en plus rare, et les omiwatari avec.

link

Reuters

| analyse

Greta Thunberg qui rit, Regula Rytz qui pleure

L’élection au Conseil Fédéral a rendu son verdict ce mercredi dans la matinée. Il n’y aura pas de siège écolo au gouvernement malgré la vague verte des élections d’octobre. La présidente des Verts, Regula Rytz, qui attaquait le poste PLR d’Ignazio Cassis, n'a obtenu que 82 voix contre 145 pour le Tessinois.

Quelques heures plus tard, le magazine américain «Time», a révélé sa couverture désignant la personnalité phare de 2019. Très attendue à chaque fin d’année, elle est tombée comme une évidence ce 11 décembre: la personne incontournable des derniers mois est bien la jeune militante Greta Thunberg.

| | news

L'Afrique responsable d'un tiers de l'augmentation des émissions de méthane depuis 2007

Le Sudd, en Soudan du Sud, est un marais qui contribue aux émissions de méthane | WikiCommons

Depuis 2007, l’augmentation de la concentration en méthane dans l’atmosphère s’accélère, de plus en plus rapidement depuis 2014. Une étude publiée dans la revue Atmospheric Chemistry and Physics par la European Geosciences Union (EGU) a exploité des données satellitaire pour parvenir à une conclusion atypique: les tropiques de l’Afrique seraient responsable d’un tiers de cette augmentation!

Pourquoi c’est intéressant. Le méthane, de formule CH4 , est un gaz à effet de serre dont le potentiel de réchauffement est 28 fois plus élevé que celui du CO2. Il restait jusque-là difficile d’identifier précisément les provenances géographiques des différents flux, et de savoir ce qui cause cette augmentation. L’agriculture ou des zones humides seraient en cause, bien que la nature du phénomène, au-delà de sa provenance géographique, n’ait pas encore été clairement identifiée.

newsletter_point-du-jour

Recevez_ chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

| | radar

Présentation du «New green deal» européen

La nouvelle présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, présentera ce mercredi à Bruxelles lors d’une session extraordinaire du Parlement ses propositions politiques pour lutter contre le changement climatique.

link

Eu Observer

| | news

La Suisse perd sept places dans le classement climatique par pays CCPI

La raffinerie de Cressier, dans le canton de Neuchâtel. | Alessandro Della Bella / Keystone

La Suisse se classe au 16e rang du classement par pays Climate change performance index (CCPI) 2020, présenté dans le cadre de la COP25 à Madrid. Par rapport à l’année dernière, elle recule de sept places. La Suède et le Danemark arrivent en tête. Mais la Suisse est aussi devancée par le Royaume-Uni, le Maroc, l’Inde ou encore le Chili. Les Etats-Unis et l’Arabie Saoudite se placent bons derniers.

Pourquoi on en parle. Le CCPI est publié chaque année à l’occasion de la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques. Il compare les performances des 57 pays responsables de plus de 90% des émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES). Le classement a été modifié en 2017 pour tenir compte de l’objectif de l’accord de Paris de limiter la hausse des températures à moins de 2 degrés. Il inclut depuis la compatibilité entre les ambitions affichées des Etats pour atteindre ce but et les efforts concrets réalisés.

| | radar

Un rapport soutenu par l'ONU chiffre le risque financier pour les secteurs à haute intensité carbone

Image d'illustration | Andrew Hart/Flickr/Creative Commons

Lorsque les engagements climatiques de l’accord de Paris auront tous été traduits en mesures politiques par les différents Etats, certains secteurs industriels les plus émetteurs en CO2 seront exposés au risque de perdre 43% de leur valorisation. C’est ce qu’a avancé, dans un rapport, le Principles of Responsible Investing (PRI), un groupe d’investisseurs soutenu par les Nations unies. Dans un article, la BBC s’intéresse aux futurs gagnants et perdants dans l’économie.

Pourquoi c’est important. Plus d’une entreprise sur cinq, parmi les sociétés les mieux cotées sur les marchés boursiers, verra sa valorisation évoluer à la hausse ou à la baisse d’au moins 10% suite à la mise en place de telles politiques climatiques. Les coûts de l’assurance exploseraient pour certaines activités industrielles, par exemples celles liées à l’exploitation du pétrole ou du charbon, tandis que les constructeurs automobiles réussissant la transition vers le véhicule électrique sortiraient gagnants. Malgré leur portée psychologique, ces chiffres demeurent très spéculatifs, car la réponse politique du monde face au changement climatique reste encore aujourd’hui insuffisante.

link

Lire l'article de la BBC

| | radar

Un collectif de scientifiques pour l'entrée des verts au Conseil fédéral

Jacques Dubochet à une manifestation pour le climat, septembre 2019 | Cyril Zingaro/Keystone

Dans une lettre publiée par Le Temps, 81 scientifiques suisses, parmi lesquels le prix Nobel de chimie Jacques Dubochet, appellent à élire un représentant (ou une représentante) des Verts au Conseil fédéral. Cette tribune survient alors que les partis écologistes ont réalisé une percée importante lors des dernières élections parlementaires.

Pourquoi on en parle. Les signataires de cet appel soulignent que toutes les conditions sont maintenant réunies pour faire entrer les verts au Conseil fédéral, et appellent les parlementaires fédéraux à voter en leur faveur. Une entrée selon eux nécessaire au vu de l’urgence environnementale. Ils regrettent également le blocage que semblent mettre en place les autres partis.

link

Lire la tribune dans Le Temps

| | radar

L'Europe proche du point de bascule climatique, selon une agence de l'UE

L'Europe vue depuis la Station spatiale internationale | ESA

Avec le changement climatique, l’Europe fait face à un défi «d’une ampleur et d’une urgence inédite», alerte un rapport de l’Agence européenne pour l’environnement paru le 4 décembre. La situation ne s’est pas améliorée du tout depuis le précédent état des lieux, qui date de 2015. Une mise en garde avant tout politique, que relaye EurActiv.

Pourquoi c’est important. Plusieurs phénomènes contribuant au réchauffement sont aujourd’hui proches du point de bascule: le risque est d’entrer en zone inconnue. Et surtout, critique le rapport, des décisions politiques radicales peinent à être prises, les décideurs privilégiant des solutions insuffisamment ambitieuses. La sortie de ce rapport intervient une semaine avant le très attendu «Green deal» de la Commission européenne, qui doit proposer une stratégie pour atteindre la neutralité carbone en 2050.

link

Lire l'article sur EurActiv

| | news

Le climat au quatrième rang des inquiétudes des Suisses

Les rives asséchées du Lac des Brenets, à la frontière franco-suisse, pendant la sécheresse de l'été 2018. | Anthony Anex / Keystone

La protection de l’environnement et le climat se positionnent à la quatrième place dans le palmarès des principaux motifs d’inquiétude des Suisses. C’est ce qu’indique le Baromètre des préoccupations 2019 de Crédit Suisse, réalisé par l’institut de sondage gfs.bern. Les retraites, la santé et l’immigration occupent, dans l’ordre, les trois premiers rangs. Le chômage arrive en cinquième position.

Pourquoi c’est intéressant. L’environnement et le climat ont été cités par 29% des personnes interrogées. Cela correspond à moins d’un tiers des sondés, ce qui peut sembler peu. Mais la thématique préoccupe clairement de plus en plus les citoyens du pays. Elle progresse de six points de pourcentage par rapport à 2018. En 2016, seuls 13% l’avaient évoquée. Le sujet se situait alors au 13e rang des préoccupations.

| | radar

Les émissions de CO2 toujours en hausse, mais au ralenti

Image d'illustration | Thanh Tuấn Tạ / Pixabay

Malgré la baisse de la consommation mondiale de charbon, les émissions de CO2 ont enregistré une augmentation de l’ordre d'environ 0,6% en 2019. C'est ce qui ressort du dernier rapport du Global Carbon Project, détaillé par France Inter.

Pourquoi on en parle. La hausse des émissions de carbone est faible, comparée à celle de 2,1% en 2018. Elle est néanmoins bien présente et résulterait de la hausse de la consommation de gaz et de pétrole. A cela s'ajoute les émissions provenant des incendies records ayant ravagé l'Amazonie cette année.

link

Lire l'article de France Inter

Une actualité vous interroge ?

Posez votre question à la rédaction de Heidi.news

| | radar

Pourquoi conduisons-nous des SUV, même si nous savons qu'ils sont mauvais pour la planète?

Justin S. Campbell/Flickr/Creative Commons

On les appelle SUV, pour Sports Utility Vehicles. Ces véhicules intermédiaires entre la berline et le 4x4 connaissent un succès mondial retentissant. Il s’agit aussi de la deuxième cause de l’augmentation des émissions de CO2 depuis 2010. Alors pourquoi, malgré tout, nous obstinons-nous à conduire ces véhicules trop gros et trop lourds? En cause, le prestige social qui y est associé, explique un article publié sur le site du Bulletin of the Atomic Scientists,.

Pourquoi c’est intéressant. Cette organisation américaine est surtout connue pour son «horloge de la fin du monde», outil de sensibilisation mis à jour chaque année pour alerter sur la prolifération nucléaire… et désormais le changement climatique. Selon l’article, les avantages du SUV invoqués par les constructeurs, tels que la tenue de route dans des conditions météorologiques et sur des terrains difficiles, sont largement surestimés. Or, la mode est au SUV: les consommateurs achètent de plus gros véhicules car tout le monde en fait de même. Le problème de fond, rappelle l’article, c’est que la plupart des voitures sont aujourd’hui utilisées pour transporter une seule personne… Or, un gros SUV abritant cinq personnes pratiquant le covoiturage peut être plus avantageux pour le climat qu’un véhicule hybride ne contenant que son conducteur. Même si évidemment, l’idéal serait de covoiturer avec un véhicule propre.

link

Lire l'article sur le site du Bulletin des scientifiques de l'atome

| radar

Philippines: des dizaines de milliers de personnes fuient l’arrivée d’un typhon

Image: KEYSTONE | EPA | FRANCIS R. MALASIG

Lundi 2 décembre, des dizaines de milliers de Philippins ont dû quitter leur foyer avant l'arrivée sur leurs côtes du typhon Kammuri, qui a contraint les organisateurs des Jeux d'Asie du Sud-Est à reporter des épreuves et les autorités à annoncer une fermeture temporaire de l'aéroport de Manille.

L’aéroport international Ninoy Aquino de Manille a également été fermé. Après avoir atteint le nord-est de l’archipel, le cyclone devrait se diriger vers le nord-ouest ce mercredi.

link

CNN