#climat


Abonnez-vous
| | radar

La météorite qui a éliminé les dinosaures a entraîné une acidification massive des océans

Vue d'artiste de l'impact | Domaine public

Il y a 66 millions d’années s’écrasait sur terre la météorite de Chicxulub, à l’origine de plusieurs extinctions massives, dont celle des dinosaures, aussi bien sur terre que dans les eaux. Des chercheurs allemands ont analysé des fossiles piégés dans des sédiments de cette période, afin de quantifier l’ampleur de l’acidification des eaux. Cet événement a provoqué la disparition de près de 75% des espèces marines. Leurs travaux, publiés dans PNAS, ont été repris par le Guardian.

Pourquoi c’est intéressant. L’impact a vaporisé des roches contenant des sulfates et des carbonates, qui ont ensuite provoqué des pluies acides ayant fini dans les océans. Ces derniers se sont ensuite acidifiés de l’ordre de 0,25 unités de pH, estiment les chercheurs. Cette information permet de mieux comprendre les risques du changement climatique pour les océans. Si rien n’est fait, le pH des eaux pourrait s’élever de 0,4 d’ici la fin du siècle. Même en limitant le réchauffement climatique à +2°C, les océans devraient gagner 0,15 points de pH.

link

Lire l'article publié par le Guardian

| | news

Passer à une agriculture 100% bio ferait grimper les émissions de CO2

Champ de colza dans les environs de Birmingham, en Grande-Bretagne. | Flickr

Que se passerait-il si l’agriculture d’un pays entier misait exclusivement sur le bio? C’est ce que des chercheurs de l’Université de Cranfield, en Grande-Bretagne, ont calculé, en prenant le cas de l’Angleterre et du Pays de Galles. Ils concluent qu’un tel changement nécessiterait davantage d’importations, ce qui entraînerait au final une hausse des émissions de gaz à effet de serre.

Pourquoi c’est important. L’agriculture contribue massivement aux émissions mondiales de gaz à effet de serre, ainsi que l’évoquait un rapport du GIEC cet été. Dans l’esprit du grand public, le bio est souvent assimilé à quelque chose de positif pour le climat. Mais au-delà des préoccupations pour la santé humaine et la biodiversité, son impact sur le réchauffement climatique alimente un débat récurrent. Cette nouvelle recherche publiée dans Nature Communications constitue l’analyse la plus complète à ce jour d’un passage à l’agriculture bio à une échelle nationale, selon ses auteurs.

| | chronique

«Pour une écologie numérique», un guide pour réconcilier les transitions écologique et numérique

C’est une expression qui, depuis une petite dizaine d’années, est sur toutes les lèvres. La transition énergétique? Non: la transition numérique. Des enjeux familiers pour Eric Vidalenc, qui travaille pour l’Ademe, établissement public français en charge des questions environnementales et de maîtrise de l’énergie. Dans «Pour une écologie numérique»*, il met en perspective la première, «transition imposée», face à la seconde, «transition désirée».

L’observateur avisé l’aura remarqué: malgré les belles déclarations des acteurs industriels et politiques, les deux mouvements, s’ils se rencontrent parfois dans leurs ambitions, par exemple sur les compteurs d’énergie communicants, ne convergent pas toujours. Eric Vidalenc offre un état des lieux pragmatique. Le numérique n’est ni une solution miracle, ni une tragédie: il nous appartient, collectivement, de construire des outils numériques menant à des solutions soutenables. A travers cet ouvrage d’une centaine de pages, à la fois court et précis, il esquisse un diagnostic et plusieurs pistes de réflexion. Notes de lecture.

| | news

Cent scientifiques suisses affichent leur soutien à Extinction Rebellion

Des militants d'Extinction Rebellion manifestent à Berne. | Anthony Anex / Keystone

Dans une lettre ouverte, 99 représentants des milieux académiques suisses déclarent soutenir le mouvement écologiste de désobéissance civile Extinction Rebellion. Parmi les signataires du document également publié dans Le Temps, on trouve le prix Nobel de chimie 2017 Jacques Dubochet, le professeur à l’Institut de géographie et de durabilité à l’Université de Lausanne Dominique Bourg ou encore le professeur d’économie de l’environnement à l’EPFL Philippe Thalmann.

Pourquoi c’est intéressant. De nombreux scientifiques affichent ouvertement leurs convictions écologistes et alertent sur l’urgence de la crise climatique. Mais cette lettre ouverte surprend car le mouvement Extinction Rebellion et ses actions coup de poing continuent de diviser. «Lorsqu’un gouvernement renonce sciemment à sa responsabilité de protéger ses citoyens, il a échoué dans son rôle essentiel. Le contrat social a donc été brisé et il est dès lors fondé de se rebeller pour défendre la vie, notre vie», estiment les signataires.

| | news

Les véhicules SUV sont la deuxième cause de la hausse des émissions de CO2

Un SUV à Zurich. | Gaëtan Bally/ Keystone

Les SUV (pour Sport utility vehicle), ces véhicules lourds et puissants, intermédiaires entre le 4×4 et la berline mais souvent utilisés en ville, connaissent une popularité croissante dans le monde entier. On en trouve aujourd’hui 200 millions en circulation, contre seulement 35 millions en 2010. Cette augmentation n’est pas sans conséquence sur le climat. Selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE), ces voitures sont la deuxième cause de l’augmentation des émissions de CO2 depuis 2010, après l’industrie électrique.

Pourquoi c’est important. Les SUV consomment un quart d’énergie en plus que les voitures de taille moyenne. Les spécialistes de l’AIE s’alarment: si l’appétit des consommateurs pour les SUV continue de se développer au même rythme qu’au cours de la dernière décennie, ces véhicules ajouteront deux millions de barils par jour à la demande mondiale de pétrole d’ici à 2040, effaçant les économies permises par 150 millions de voitures électriques.

| | radar

Du biochar africain pour lutter contre le réchauffement climatique

Biochar / Flickr

Le biochar (un amendement agricole issu de la pyrolyse de biomasse, proche du charbon) pourrait être valorisé en Afrique afin de lutter à grande échelle contre le rejet de CO2 dans l’atmosphère, explique The Conversation. En cause, la capacité de ce produit à stocker le carbone dans les sols le dioxyde de carbone atmosphérique.

Pourquoi c’est intéressant. Recyclés, ces résidus sont issus de la culture de sorgho, de maïs, de riz ou de millet et peuvent être utilisés pour fertiliser les sols, nourrir le bétail ou bâtir des maisons. Un produit biologique miracle aussi utile aux fermiers africains qu’il pourrait être utile à l’atmosphère de la planète.

link

Lire l'article publié par The Conversation

newsletter_point-du-jour

Recevez_ chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

| | news

Finaliser la révision de la loi sur le CO2 pour tenir nos engagements climatiques

Image d'illustration | Mélanie Duchene / Keystone

En cette semaine de dernière ligne droite avant les élections fédérales, nous publions chaque jour un article sur les dossiers que nous suivrons lors de cette législature. Pour vous aider à voter, nous demandons aux partis leur position sur le sujet.

Afin que sa législation lui permette de tenir les engagements climatiques qu’elle a pris en signant l’accord de Paris en 2015, la Suisse a lancé une révision complète de sa loi sur les émissions de CO2. Le nouveau projet compte revenir notamment sur un ensemble de taxes et de valeurs limites d’émissions de gaz à effet de serre. En cours depuis 2017, le processus de révision a cependant subi un important coup de frein lorsque le Conseil national l’a rejeté en décembre 2018, renvoyant la balle au Conseil des Etats.

L’état actuel du nouveau projet

Commandez notre Revue

L'Etivaz, le génie fromager

| | twitter

En cinq ans seulement, les glaciers suisses ont perdu 10% de leur volume

A la suite de plusieurs vagues de chaleur durant l’été 2019, la fonte des glaciers a atteint des niveaux records, annonce la Commission d'experts sur les réseaux de mesure cryosphérique de l'Académie des sciences naturelles. Cela signifie que les glaciers suisses ont diminué de 10 pour cent en cinq ans seulement.

| | interview

Steven Pinker: «Je ne pense pas qu’on puisse résoudre le problème du climat en disant aux gens de faire des sacrifices»

Steven Pinker | Rose Lincoln / Harvard University

Chercheur en sciences cognitives, professeur au MIT puis à Harvard, Steven Pinker fait partie de ces intellectuels incontournables sur la scène mondiale. Son dernier ouvrage, «Le Triomphe des lumières» a suscité une polémique à la hauteur de l’ambition de sa thèse: le monde va de mieux en mieux, merci. L’éminent psychologue était à Genève lundi 14 octobre pour expliquer «Pourquoi notre monde se porte mieux», à l’initiative de la fondation Latsis et de l’Unige. Nous avons profité pour mettre son optimisme à l’épreuve.

Comment êtes-vous passé de la psychologie du langage à la défense de l’idée de progrès?
| | radar

Près de 400 records de température battus pendant la canicule de l'été 2019

Image d'illustration | Alan Grinberg/Flickr/Creative Commons

L’été 2019 a battu des records de chaleur. Et cela littéralement, puisque ce sont 396 records qui sont tombés dans l’hémisphère nord entre le 1er mai et le 30 août, révèle la BBC, à partir d’une étude menée par l’ONG Berkeley Earth. Le média britannique en a tiré une série d’impressionnantes infographies interactives.

Pourquoi c’est important. Le mois de juillet 2019 a été reconnu comme le plus chaud jamais enregistré en moyenne dans le monde. La vague de chaleur de cet été a particulièrement touché le Royaume-Uni, la France et les Pays-Bas. Résultat: ce ne sont plus seulement 2% des records météorologiques qui tombent chaque année, mais plus de 5%. En France par exemple, ces canicules sont rendues dix à cent fois plus probables, pour une année donnée, par le changement climatique.

link

Lire l'article publié sur le site de la BBC

| | radar

Les antibiotiques donnés au bétail accélèrent la libération de CO2 par les sols

Des vaches dans un champ | Rockin'Rita/Flickr/Creative Commons

Les antibiotiques posent des problèmes d’antibiorésistance qui résultent de leur administration croissante aussi bien chez l’homme que chez l’animal en pratique vétérinaire. Cette pratique pourrait également, via l’épandage des déjections animales, accélérer la libération du CO2 stocké par les sols. C’est ce qu’avance une étude parue dans Ecology Letters, repérée par Euractiv.

Pourquoi c’est important. La flore bactérienne du bétail traité aux antibiotiques, retrouvée dans les fumiers répandus sur les sols agricoles, entraîne une altération de la flore microbienne du sol. Concrètement, cela se traduit par une libération deux fois plus rapide et importante de CO2 que pour des sols non traités.

link

Lire l'article publié sur Euractiv

| | radar

En Californie, les feux menacent les lignes électriques et plongent les foyers dans le noir

California National Guard/Flickr/Creative Commons

Alors que les feux de forêt ravageurs ont repris en Californie, le fournisseur d’électricité PG&E a pris mercredi une mesure pour le moins controversée: tout simplement couper le courant. Une mesure qui touche plus de 500’000 résidents. En effet, son incapacité à bien entretenir ses lignes électriques, et en particulier à nettoyer la végétation alentours, a été incriminée dans la survenue de plusieurs départs de feux au cours des dernières années. Mais les coupures imposées peuvent mettre en danger la vie de personnes vulnérables, raconte le New York Times.

Pourquoi c’est important. Cette coupure d’électricité ne touche pas seulement les foyers de personnes bien portantes, mais également ceux où résident des personnes dont la vie dépend du bon fonctionnement de machines, par exemple sous assistance respiratoire. Mardi soir, 39 hôpitaux et 103 centres de soin infirmiers étaient également touchés, mais ont pu basculer sur des générateurs de secours, obligatoires en Californie. Le manque à gagner pour l’économie de l’Etat pourrait s’élever jusqu’à 2,5 milliards de dollars.

link

Lire l'article publié par le New York Times

| | radar

Scanner le monde pour en garder une trace, est-ce vraiment une bonne idée?

Le lidar est déjà employé en archéologie, comme ici pour la cité maya de Tikal, au Guatemala | Canuto and Auld-Thomas / Keystone AP

Le projet Earth Archive, lancé par un archéologue du Colorado, vise à garder une version numérique en trois dimensions de l’ensemble des hauts lieux culturels mondiaux menacés par le changement climatique, notamment situés en région côtière. L’archéologue Chris Fisher, à l’origine du projet, compte ainsi les scanner à l’aide d’un lidar, sorte de radar fonctionnant avec des impulsions laser, depuis un avion. Cette méthode a déjà été employée localement pour étudier des sites difficiles d’accès ou recouverts de végétation. Si le but de la manœuvre, c’est-à-dire de garder un témoignage de ces sites risquant de disparaître reste louable, The Guardian en précise une de ses principales limites: un coût pharaonique.

Pourquoi on en parle. Le produit numérique final qui immortaliserait ces sites archéologiques, géologiques ou culturels serait en libre accès, notamment à l’intention des générations futures. Cependant, le prix à payer pour un tel projet— autour de 10 millions de dollars rien que pour l’Amazonie — n’est pas anodin. D’autres scientifiques craignent que cet argent soit ainsi dévié d’autres projets de recherche plus utiles, par exemple ceux visant à justement préserver ces sites du changement climatique.

link

Lire l'article dans The Guardian

Une actualité vous interroge ?

Posez votre question à la rédaction de Heidi.news

| | news

En Méditerranée, des coraux ont mis au point une stratégie pour résister aux canicules

Polypes de cladocore en touffes (Cladocora caespitosa). | Diego K. Kersting

C'est une stratégie de survie totalement inédite à ce jour: lors d'épisodes de chaleur censés les tuer, des coraux méditerranéens sont capables de se rétracter dans leur gangue calcaire, pour proliférer de nouveau quand la température devient plus clémente, selon une étude parue dans Science Advances. De quoi donner un sursis bienvenu à cette espèce en danger.

Pourquoi c'est important. Les coraux, ces organismes qui s'assemblent en colonies pour former des récifs, constituent un maillon essentiel de la vie marine: c'est là que grandissent un quart des espèces marines de notre planète. Or ils sont menacés d'extinction à cause du changement climatique, de la pollution et de la surpêche.