#chuv


S'abonner
| | Question

Pourquoi le dépistage du cancer du col de l’utérus est remboursé seulement tous les trois ans?

A Coire, des élèves du secondaire participent à un cours d'éducation sexuelle en janvier 2013. | Keystone / Gaetan Bally
| | Question

Quel est le potentiel des anticorps de deuxième génération contre le coronavirus et ses variants?

Image d'illustration. | Shutterstock / Oleksandra Klestova

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!

| | Interview

«La pandémie nous oblige à reconnaître la fragilité de notre existence»

Le Docteur Gian Domenico Borasio à droite et Luc Chessex à gauche posent devant l’exposition «Le temps qui reste» au Musée de la main UNIL-CHUV à Lausanne en mai 2016.| Keystone / Jean-Christophe Bott

Avec la crise sanitaire et les mesures prises par les gouvernements pour sauver des vies à tout prix, notre rapport à la mort prend une dimension particulière. Le professeur Gian Domenico Borasio, qui exerce et enseigne au CHUV, a accompagné plus de 10'000 patients en fin de vie. Cette expérience lui a inspiré deux livres – «L’Autonomie en fin de vie» et «Mourir, ce que l’on sait, ce que l’on peut faire, comment s’y préparer» - destinés à aider les gens à aborder le dernier chapitre de leur vie. Entretien avec un pionnier des soins palliatifs académiques en Suisse.

newsletter_point-du-jour

Recevez chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

Une actualité vous interroge ?

Posez votre question à la rédaction de Heidi.news

| | Interview

«Il ne faut pas nier l'importance des masques»: la position du Pr Pittet fait débat chez ses pairs

Pixabay / Alexandra Koch

Dans une interview récente pour Heidi.news, le Pr Didier Pittet, chef du service de prévention et contrôle des infections des HUG, faisait part de sa conviction que le masque n’est surtout utile contre Covid-19 que dans la mesure où les autres précautions (hygiène des mains et distanciation physique) sont mal respectées. Une position qui contraste avec celle d’autres infectiologues romands de renom, dont deux ont signé en mai une tribune au Temps pour défendre l’usage du masque. Parmi eux, le Pr Patrick Francioli, ancien chef des services de médecine préventive hospitalière et d’infectiologie du CHUV et cofondateur de Swissnoso, la société savante pour la prévention des infections nosocomiales. Il nous explique en quoi le masque est, de son point de vue, essentiel.