#Chine


S'abonner
| | news

Hong Kong: la contestation politique à l'heure du coronavirus

Cette semaine, dans un centre commercial de Hong Kong. (Keystone/AP Photo/Vincent Yu)

Tout rassemblement de plus de quatre personnes est interdit à Hong Kong depuis le 29 mars. La décision du gouvernement local fait suite à une explosion des cas importés de Covid-19. Elle met un peu plus à genou une opposition à l’élan entravé par le virus depuis janvier. Les manifestations de contestation, étaient depuis lors en sommeil, elles sont désormais techniquement interdites. Mardi 31 mars, quelques dizaines d’opposants ont toutefois bravé l’interdit. La police a procédé à une vingtaine d’arrestation.

| | news

La Chine recense désormais les cas asymptomatiques de coronavirus

Deux personnes portent un masque dans un parc à Wuhan (Image d'illustration) | Keystone / NG HAN GUAN

Exceptionnellement, nous avons décidé de mettre cet article à disposition gratuitement de tous nos lecteurs, tant ces informations sont utiles pour comprendre l'épidémie en cours. L'information a néanmoins un coût, n'hésitez pas à nous soutenir en vous abonnant.

Sous la pression de la communauté internationale, la Chine dévoile désormais, depuis le 1er avril, le nombre de patients asymptomatiques découverts au cours des campagnes de test du Covid-19. Les chiffres de cette première journée, soit 78% de nouveaux cas asymptomatiques, suggèrent un rôle de ce mode de transmission encore plus élevé que ce que l’on supposait jusqu’alors. Mais il ne faut pas en tirer de conclusions hâtives.

Pourquoi il faut rester prudent. Ces chiffres ne découlent pas d’une étude scientifique, mais d’une seule journée de reporting. On ne peut en conclure définitivement, en termes statistiques, que quatre cas de Covid-19 sur cinq ne présentent pas de symptômes. D’autant plus que sur la dernière journée disponible du décompte chinois, soit le 2 avril, ce pourcentage chute à 66%. Il faudra encore attendre plusieurs jours, voire semaines, pour obtenir une estimation réaliste du taux de cas asymptomatiques en Chine.

| | idées

Non, le «prochain virus» ne sera pas nécessairement chinois

Yannick Rousselot

Après des études de Lettres et Sciences Sociales à l'Université de Lausanne, puis d'études du développement à la Sorbonne, Yannick Rousselot est devenu assistant-doctorant au département de Géographie et Environnement et du GEDT de l'UNIGE. Sa thèse porte sur les enjeux de justice environnementale liés à l'eau dans les métropoles de Johannesburg et de Los Angeles.

«Dans la contagion, l’absence de solidarité est surtout un manque d’imagination.» Contagions de Paolo Giordano.

Chaque jour, la newsletter qui vous livrera infos, témoignages et analyses au cœur des hôpitaux.

| | news

Pour la première fois, un essai mené à Wuhan confirme l'intérêt de la chloroquine contre le coronavirus

Un médecin examine des scanners pulmonaires à l'hopital Huoshenshan de Wuhan (illustration). | Keystone / Wang Yuguo

Exceptionnellement, nous avons décidé de mettre cet article à disposition gratuitement tant ces données sont importantes pour bien réagir face à l'épidémie en cours et mieux la comprendre.

Rarement résultat aura été si attendu. Un premier essai clinique randomisé vient de livrer ses résultats quant à l’efficacité de la chloroquine contre l’infection au nouveau coronavirus. Signée de médecins de Wuhan et pré-publiée lundi 30 mars sur MedRXiv, l’étude montre que la molécule (dans sa version hydroxychloroquine) permet en quelques jours de réduire la durée des symptômes – et possiblement leur gravité – chez des patients atteints d’une pneumonie consécutive au virus. Un résultat modeste mais prometteur.

| | news

A Wuhan, les urnes funéraires sèment le doute sur le nombre réel de victimes du coronavirus

Alors que Wuhan sort de son confinement, la ville va devoir compter ses morts. | Keystone / EPA / Roman Pilipey

Les habitants de Wuhan, en Chine, ont le droit d’aller récupérer les cendres de leurs proches, victimes de Covid-19, depuis le 23 mars. De nombreux médias chinois et internationaux se font l’écho de cet événement, dont le Time le 27 mars et Le Monde le 30 mars. Le dissident chinois Lu Haitao a fait, pour sa part, un rapide calcul: il estime à 45’500 le nombre d’urnes funéraires qui devraient être distribuées ces prochaines semaines dans la ville de plus de 11 millions d’habitants.

| | radar

Fin de la quarantaine massive dans la province du Hubei

Keystone / AP Mark Schiefelbein

Quelque 60 millions de personnes peuvent à nouveau circuler librement dans la province du Hubei en Chine. Mais Beijing maintiendra jusqu’au 8 avril le blocus sur la ville de Wuhan, capitale de la province et lieu d’origine de l’épidémie.

| | radar

La vie reprend doucement à Wuhan, épicentre de l'épidémie de coronavirus

A Wuhan le 18 mars dernier. | AP CHINATOPIX

Jeudi 23 janvier, Wuhan, dans la province du Hubei en Chine, prononçait la mise en quarantaine totale de la ville, désignée comme le centre de l'épidémie de coronavirus. Lundi 23 mars, les autorités locales ont commencé à assouplir le confinement après deux mois. Étape par étape, la vie reprend.

| | radar

En Chine, un tiers des malades du coronavirus seraient des «porteurs sains»

Crédits: Keystone

Selon des informations du gouvernement chinois, près d’un tiers des testés positifs pourraient n’avoir eu aucun symptôme ou de façon différée, comme le raconte le média chinois South China Morning Post.

| | news

Un expat suisse retourne à Shanghai et raconte sa vision de la pandémie

En Chine, le port du masque est un réflexe | Keystone

Il y a plus d’un mois, Marco D’Amore rentrait de Chine, où il vit avec sa femme et ses enfants. Il témoignait déjà pour Heidi.news afin d’évoquer l’épidémie de coronavirus. Depuis ce dernier témoignage, lui et les siens ont prolongé leur séjour en Europe, passant notamment passé par l’Italie. Il se trouve maintenant à Hong Kong, et prépare son retour chez lui, à Shanghai, en début de semaine prochaine.

newsletter_point-du-jour

Recevez chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

| | news

Coronavirus: le canton de Vaud attend impatiemment des millions de masques chinois

Rebecca Ruiz, conseillère d'Etat vaudoise, dans son bureau, jeudi 19 mars 2020. (KEYSTONE/POOL/Jean-Christophe Bott)

La gestion du matériel devient tendue dans le canton de Vaud pour lutter contre le coronavirus. Le manque de masques est particulièrement problématique dans l'attente d'une grosse commande venue de Chine.

«C'est une course contre-la-montre», affirme la conseillère d'Etat Rebecca Ruiz. La cheffe du Département vaudois de la santé et de l'action sociale (DSAS) raconte que des millions de masques ont été commandés en Chine, mais que leur acheminement pose problème.

| | radar

Le coronavirus pourrait éteindre la croissance chinoise pour la première fois depuis 1976

Keystone / Jérôme Favre

Les derniers chiffres officiels de l’économie chinoise ce lundi 16 mars dessinent une reprise de la croissance laborieuse, rapporte le New York Times. Au lendemain de l’épidémie de Covid-19, les ventes au détail sont toujours en berne de 20,5%, et la production industrielle de 13,5%, par rapport à l’année précédente. Si cette évolution se confirme dans les chiffres trimestriels, à paraître le mois prochain, ce serait la première fois que la croissance économique chinoise connait une contraction depuis 1976. Une année marquée par deux événements dévastateurs: le tremblement de terre de Tangshan et la mort du Grand Timonier.

| | news

VIDÉO - Un médecin français à Wuhan alerte les Européens

Philippe Klein | Vidéo Youtube

«Je vous exhorte, vous Français, à appliquer les règles de maîtrise efficace, dans un souci de santé publique, et cela le plus vite possible.» Philippe Klein, médecin français et directeur d’une clinique internationale à Wuhan se montre très critique face aux différentes mesures adoptées pour faire face à l’épidémie de coronavirus en Europe. Dans une vidéo de sept minutes publiée le mardi 17 mars sur sa chaîne Youtube, il avance «que toutes mesures moins performantes que celles appliquées en Chine entraîneront un plus grand nombre de morts et des conséquences économiques désastreuses.»

Une actualité vous interroge ?

Posez votre question à la rédaction de Heidi.news

| | radar

Des preuves solides contre la théorie complotiste du coronavirus «fabriqué»

orte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Zhao Lijian a affirmé que le virus du Covid-19 a été introduit en Chine par l'armée américaine./Keystone-ATS

Exit les théories du complot antiaméricaines d’officiels chinois ou les «virus chinois» martelé par le spin doctor en chef Donald Trump. Des chercheurs américains, écossais et australiens se sont attaqués à la question de l’origine du coronavirus, responsable de la pandémie de Covid-19. Leur conclusion est très claire: le virus (SARS-Cov2) ne peut pas être une construction de laboratoire ou un virus manipulé intentionnellement, selon un article publié par Nature Medicine.

| | radar

Le premier cas de coronavirus en Chine remonterait à mi-novembre

Personnel médical à Wuhan le 20 janvier. | EPA/STRINGER CHINA OUT

La Chine a reconnu l’existence d’une transmission du coronavirus entre humains le 20 janvier. Pourtant, le premier cas, celui d’un résident du Hubei âgé de 55 ans, est apparu le 17 novembre déjà, selon un rapport interne du gouvernement chinois. C’est un mois plus tôt que ce qui avait jusqu’ici été annoncé, raconte le quotidien Le Temps. L’article revient sur le déroulement des événements entre ces deux dates.

| | question

Covid-19: Peut-on poursuivre un Etat pour manquement à son devoir de préserver sa population?

Le président Xi Jinping s'adressant à des malades en visioconférence / Keystone

Votre question complète. Le directeur de Human Rights Watch n’a pas mâché ses mots envers la Chine, lors de l’entretien inaugural du Festival international du film et forum sur les droits humains. Lors de cette interview menée par le directeur éditorial de Heidi.news, Kenneth Roth a fustigé la gestion des stades initiaux de l’épidémie du covid-19 par Pékin. Il a notamment insisté sur la censure des huit médecins de Wuhan qui avaient découvert l’existence du virus. Cette attitude jugée irresponsable a conduit, selon Roth, à la pandémie qui frappe le monde entier.