#chimie


Abonnez-vous
| | news

Avec les batteries Li-ion, le prix Nobel de chimie récompense aussi la R&D menée par l'industrie

Image d'illustration | Oak Ridge National Laboratory/Flickr/Creative Commons

Le prix Nobel de chimie a été décerné, pour cette édition 2019, à trois chercheurs, qui ont développé, des années 1970 aux années 1990, les batteries lithium-ion (Li-Ion), désormais utilisées pour la grande majorité des appareils électroniques portables. Corsin Battaglia, directeur du laboratoire des matériaux pour la conversion d’énergie de l’Empa, rappelle à Heidi.news les spécificités de ce champ de recherche.

Pourquoi c’est différent. Contrairement à de précédentes récompenses en ingénierie des matériaux, par exemple le prix Nobel de physique qui avait récompensé en 2010 des chercheurs pour leurs travaux sur le graphène (forme moléculaire particulière du carbone), ce prix Nobel de chimie récompense un domaine où l’industrie a toujours joué un rôle moteur.

| | news

Le Nobel de chimie va aux batteries lithium-ion, qui ont réinventé notre quotidien

Image d'illustration | Peter Miller/Flickr/Creative Commons

Le Britannique Stanley Whittingham, l‘Américain John Goodenough et le Japonais Akira Yoshino ont reçu ce mercredi le prix Nobel de chimie. Ils ont été distingués pour leurs contributions respectives au développement des batteries lithium-ion, aujourd’hui omniprésentes dans nos quotidiens: appareils électroniques, véhicules à propulsion électrique…

Pourquoi c’est important. Difficile d’imaginer le monde actuel sans batteries lithium-ion. Les batteries électriques, ou accumulateurs, permettent de transformer l’énergie électrique en énergie chimique pendant la charge, puis de la restituer sous forme électrique pendant la décharge. Les batteries lithium-ion sont plus sûres, se déchargent moins au cours du temps, et surtout permettent de stocker plus d’énergie par rapport aux autres technologies. C’est grâce à cette découverte que nous pouvons aujourd’hui utiliser smartphones ou voitures électriques sans devoir les recharger trop souvent.

| | news

Le prix Nobel de chimie à John Goodenough, Stanley Whittingham et Akira Yoshino pour les batterie au lithium

Les lauréats du Nobel de chimie 2019.

Le prix Nobel de chimie a été attribué à John Goodenough, Stanley Whittingham et Akira Yoshino, ce mercredi 9 octobre, pour leurs travaux sur le développement des batteries lithium-ion.

En 2018, la prestigieuse récompense avait distingué Frances H. Arnold, George P. Smith et Gregory P. Winter pour leurs recherches sur les enzymes et les bactériophages. En 2017, le Suisse Jacques Dubochet avait été co-lauréat, pour ses travaux en cryo-microscopie électronique.

| | radar

Un centre de recherche Jacques Dubochet verra le jour à Lausanne

Le campus de l'EPFL. | KEYSTONE / Laurent Gillieron

L’EPFL et l’Université de Lausanne (UNIL) vont ouvrir conjointement un centre de recherche Jacques Dubochet, révèle la RTS. La nouvelle entité, qui devrait voir le jour d’ici à deux ans, sera consacrée à la spécialité du prix Nobel de chimie vaudois, la cryo-microscopie, une méthode d'observation des molécules.

Pourquoi c’est intéressant. Des centres similaires existent déjà à Zurich et à Bâle. Mais l’EPFL et l’UNIL veulent miser sur leur alliance, celle d’une école spécialisée dans les technologies et d’une université spécialisée en biologie et médecine, pour se démarquer, précise la RTS. Afin de concrétiser leur projet, les deux institutions recherchent encore 15 millions de francs auprès de partenaires publics et privés.

link

Lire l'article publié par la RTS

| | radar

Comment remplacer le pétrole dans la fabrication de produits chimiques et objets du quotidien devenus indispensables

Peintures, plastiques de toutes sortes, détergents, etc…: le pétrole extrait du sous-sol ne sert pas qu’à faire avancer les moyens de transport. Ses chaînes de molécules entrent également dans la composition de nombre de produits du quotidien pour la plupart devenus indispensables.

Pire, l’industrie chimique utilisant du pétrole est responsable de 14% des émissions de gaz à effet de serre sur la planète. Comment changer la donne? C’est possible, explique un bon article de Science: en utilisant les énergies renouvelables d’une part pour produire les «briques chimiques» en scindant les molécules de CO2, d’eau ou d’oxygène, d’autre part pour produire les mêmes produits que précédemment, mais sans polluer.

link

Lire l'article dans Science magazine

| | news

Tesla a-t-elle vraiment inventé une batterie qui dure plus d'un million et demi de kilomètres?

Creative Commons

Tesla aurait développé une batterie dont la durée de vie totale, malgré des recharges et décharges régulières, pourrait s’élever jusqu’à un million de miles (1,61 million de km), ont annoncé plusieurs médias. Ces affirmations se basent sur des travaux remarqués publiés début septembre par le professeur Jeff Dahn, spécialiste des batteries et partenaire depuis 2016 de la R&D du constructeur automobile Tesla. Or l’intérêt majeur de cette étude réside surtout dans le fait… qu’elle soit publiée!

Pourquoi c’est important. La recherche sur les batteries destinées aux véhicules électriques est un domaine très concurrentiel où prévaut le secret industriel. La littérature scientifique disponible reste, de ce fait, parcellaire. En dévoilant ses résultats dans une revue en libre accès, Jeff Dahn contribue à combler le fossé qui existe dans la compréhension des batteries de véhicules électriques entre chercheurs du public et du privé.