#cerveau

| | news

Souris et humains ont des cortex étonnamment similaires

Souris de laboratoire. | IEMM Münster / Keystone

Des chercheurs américains du Allen Institute for Brain Science ont établi la comparaison la plus fine à ce jour entre les cellules du cortex de l’homme et de la souris. Si quelques différences émergent, les neurones humains et murins partagent des similarités importantes.

Pourquoi c’est important. Comprendre le fonctionnement du cerveau humain est devenu une véritable quête scientifique. Or elle nécessite une connaissance toujours plus fine de l’architecture cérébrale et de son évolution. Mieux connaître le cerveau murin est quant à lui essentiel car les souris sont utilisées dans de nombreux modèles de recherche en neurosciences.

| | vidéo

Une IRM de cent heures livre des images saisissantes du cerveau humain

Des chercheurs américains ont saisi, grâce à l'imagerie médicale par résonance magnétique (IRM), des images du cerveau en trois dimensions d’une précision de 0,1 mm. Les manipulations ont duré plus de quatre jours.

Pourquoi on en parle. Il s’agit des images du cerveau les plus détaillées jamais obtenues. Elles devraient permettre de mieux comprendre comment certaines troubles, notamment le syndrome du stress post-traumatique, se répercutent par des changements anatomiques.

Commandez notre Revue

L'Etivaz, le génie fromager

| | news

L’intestin serait bien le point de départ de la maladie de Parkinson

Illustration d'après Leonardo Aguiar | Creative Commons

Depuis 2003, plusieurs études ont démontré le rôle de l’intestin et du nerf vague dans le développement de la maladie de Parkinson. Une équipe américaine vient de valider cette hypothèse chez la souris, ce qui ouvre de nouvelles voies de recherche fondamentale et clinique.

Pourquoi c’est important. La maladie de Parkinson est la seconde pathologie neurodégénérative dans les pays occidentaux après la maladie d’Alzheimer. En Suisse, elle concerne plus de 15'000 personnes. Il n’existe pas de traitement curatif. Les options thérapeutiques aujourd’hui disponibles permettent uniquement d’améliorer la qualité de vie des patients en réduisant les symptômes.

| | news

En Chine, des stimulateurs cérébraux pour soigner la dépendance aux méthamphétamines

Scanner cérébral d'un patient dépendant aux méthamphétamines à l'Hôpital Ruijin de Shanghai. | Erika Kinetz / AP / KEYSTONE

Des médecins de l’hôpital Ruijin, à Shanghai, testent des implants cérébraux sur des patients souffrant d’addiction aux méthamphétamines et aux opiacés.

Pourquoi on en parle. C’est la première fois qu’un essai clinique évalue les effets de la stimulation cérébrale profonde pour la dépendance aux méthamphétamines, une drogue de synthèse particulièrement répandue en Asie et en Amérique du Nord. Des tests similaires pour d’autres stupéfiants ont déjà été menés en Chine et dans plusieurs pays européens, notamment en Allemagne, aux Pays-Bas et au Portugal.

| | news

Une aide auditive connectée au cerveau sélectionne la voix d'un interlocuteur dans le brouhaha

Dans un bar bondé un soir de match, à Pittsburgh | Sage Ross - Creative Commons

Une prothèse auditive expérimentale permet de mieux entendre son interlocuteur dans un environnement rempli de conversations. En analysant les signaux cérébraux, elle identifie et amplifie la voix à laquelle le porteur prête son attention.

Pourquoi c’est utile. Dans le brouhaha d’un bar ou au restaurant, les personnes malentendantes peinent à distinguer les propos d’un interlocuteur unique. Les filtres des prothèses auditives sont peu efficaces quand le bruit de fond est constitué de conversations.

| | news

Des scientifiques lémaniques décryptent le scénario de fabrication des neurones

Des cellules progénitrices (en rouge) se divisent pour produire des cellules filles (en vert).| Ludovic Telley et Gulistan Agirman

Le cortex et ses circuits de neurones forment la partie la plus développée du cerveau des mammifères, qui leur permet d’interagir avec le monde. Comment un système aussi complexe se construit-il? Des scientifiques des Universités de Genève et Lausanne ont identifié les scénarios génétiques qui permettent aux cellules souches dans l’embryon de produire les bons neurones au bon endroit et au bon moment.

Pourquoi c’est important. Cette découverte, publiée dans Science, offre un nouvel éclairage sur les mécanismes de base à l’œuvre dans la création de différents types de cellules. Par ailleurs, en reconstruisant l’histoire des neurones, les scientifiques peuvent voir quand elle prend un mauvais tour: une piste pour mieux comprendre l’origine de troubles neuro-développementaux tels que l’autisme ou la schizophrénie.

newsletter_point-du-jour

Recevez_ chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

| | news

Les promesses de Klotho, la protéine qui booste le cerveau

Image: US Army Research Laboratory

La protéine Klotho a un effet protecteur sur le cerveau des souris qui présentent des symptômes d’Alzheimer ou d’autres maladies neurologiques. Et ce n’est pas tout : elle renforce aussi les performances cognitives des individus sains, raconte le New York Times.

Quels sont les enjeux? Les chercheurs tentent de développer des traitements sur la base de ces résultats. L’objectif est encore loin d’être atteint. Mais que se passerait-il si une substance capable d’augmenter le cerveau humain voyait vraiment le jour?

link

Lire l'article sur le site du New York Times (EN)