#CERN


Abonnez-vous
| | news

Fabiola Gianotti: «C'est le rôle de la science que de donner des faits objectifs à la société»

Ursula Bassler, présidente du Conseil du CERN, aux côtés de Fabiola Gianotti (à droite), qui a été reconduite pour un deuxième mandat de directrice générale au CERN | CERN

Nous vous l’annoncions plus tôt ce mercredi matin: Fabiola Gianotti, directrice générale du CERN depuis 2016, a été reconduite à son poste pour un second mandat de quatre ans, qui débutera en janvier 2021 - une première! A l’occasion d’un point presse, Fabiola Gianotti et Ursula Bassler, présidente du Conseil du CERN, ont répondu aux questions et évoqué les projets pour l’avenir.

Pourquoi c’est important. Le fait de reconduire un directeur général en exercice à son propre poste est un fait rarissime pour l’Organisation européenne de recherche nucléaire. Jusqu’alors, cela ne s’était connu que dans des situations d’interim, en prolongeant un mandat existant pour deux ans. La reconduction de Fabiola Gianotti témoigne de la confiance que lui accorde le Conseil du CERN, où sont représentés ses pays membres.

| | twitter

Fabiola Gianotti reconduite à la tête du CERN pour un second mandat

La physicienne italienne Fabiola Gianotti, directrice générale du CERN depuis 2016, sera reconduite au même poste pour un second mandat, a indiqué ce mercredi le Centre européen basé près de Genève. Chercheuse au CERN depuis 1987, elle est la première femme à y occuper ce poste depuis sa création en 1954. C’est la première fois qu'un directeur du CERN est reconduit dans ses fonctions pour un mandat entier de quatre ans

| | news

Des anciens du CERN révolutionnent une technologie médicale appelée protonthérapie

Les centres de protonthérapie se multiplient actuellement (ici celui de Trente en Italie) pour traiter les cancers. EBAMed y ajoute les thérapies cardiaques.

Anciens du CERN, les fondateurs d’EBAMed à Genève, ont levé récemment 1,2 millions de francs pour amener en clinique une technologie médicale révolutionnaire. Unique au monde, cette technique étend les indications des radiothérapies de très grande précision (dites protonthérapies), développées contre les cancers, aux maladies cardio-vasculaires.

Pourquoi c’est important. La protonthérapie est une forme avancée de radiothérapie. Elle traite les tissus profonds sans incision, tout en épargnant les tissus sains environnants. Ne nécessitant pas d’hospitalisation et avec très peu de séquelles, la protonthérapie est particulièrement avantageuse dans les zones où la cible du traitement est proche d’organes sensibles, par exemple dans les cas des cancers du cerveau ou de l’œil. EBAMed développe la première technologie capable de guider un faisceau de protons sur les cellules indésirables d’un cœur en mouvement pour supprimer une arythmie. Cela permet de remplacer les interventions longues et difficiles d’ablation de ces cellules au moyen d’un cathéter introduit au niveau de l’aine.

| | news

Que reste-t-il à découvrir en physique fondamentale?

Résultats d'une expérience du CERN impliquant un muon, un anti-muon, et un photon | CERN

Après la découverte du boson de Higgs il y a 7 ans jour pour jour, quel avenir pour la physique des particules? A l’occasion de la Conférence mondiale des journalistes scientifiques, qui se tient du 1er au 5 juillet à Lausanne, la question était posée à plusieurs physiciens de prestigieuses institutions suisses et internationales.

Pourquoi c’est important. Avant de faire progresser notre compréhension du monde, les infrastructures (accélérateurs, détecteurs de particules…) requises pour la recherche en physique des particules impliquent des chantiers aux coûts pharaoniques. Cela en fait un domaine stratégique, entre coopération et compétition scientifique internationale.

| | interview

Au CERN, l'intelligence artificielle aidera à relancer l'accélérateur

Les détecteurs du projet ATLAS, au CERN, produisent une quantité toujours plus grande de données, nécessitant le développement d'une IA pour les traiter. | Claudia Marcelloni De Oliveira, CERN

Membre de l'équipe de développement des futures IA du CERN, Sofia Vallecorsa a obtenue son doctorat en Physique des hautes énergies à l'université de Genève avant de poursuivre son parcours aux États-Unis. Elle a répondu à nos questions en marge de la conférence coorganisée lundi 24 juin à Genève par l’association GVA2 et Heidi.news.

Pourquoi c’est important. À l'arrêt depuis décembre 2018, l'accélérateur à particules du CERN, le LHC, est en travaux. L'objectif est d'en améliorer les performances et la puissance. Prévu pour le printemps 2021, son redémarrage nécessitera le développement d'une intelligence artificielle, notamment pour le projet ATLAS.

| | radar

En physique, qui de la théorie ou de l'expérience précède l'autre?

L’observatoire construit par Tycho Brahe en 1595. Ses mesures ont permis à Kepler d’établir ses lois sur le mouvement des astres | Tiré de l’Atlas Maior de Johan Blaeu (1662)

Alors que les scientifiques s’écharpent sur la nécessité d’investir des dizaines de milliards dans de futurs accélérateurs de particules géants, le site de Scientific American pose une question passionnante: construit-on des instruments pour vérifier des théories, ou l’expérience est-elle un préalable à l’élaboration de nouvelles théories?

Pourquoi on vous en parle. Quand le LHC a été construit, près de Genève, dans les années 1990, les scientifiques avaient une idée assez précise de ce qu’ils cherchaient: une particule ressemblant au boson de Higgs prévu par la théorie. Mais alors que des projets plus gigantesques encore sont à l’étude, les scientifiques ne peuvent faire de promesse scientifique. Faut-il ne pas les construire pour autant?

newsletter_point-du-jour

Recevez_ chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

| | news

Au CERN, des lunettes pour voir à travers les murs

Le logiciel développé par l'université de Genève permet de visualiser les réseaux enterrés | CERN/UNIGE

Des lunettes de réalité augmentée pour localiser l’emplacement et la profondeur des infrastructures enterrées, sans devoir creuser. C’est l’enjeu d’un projet du CERN, mené avec d’autres institutions genevoises.

Pourquoi c’est utile. Le dispositif, basé sur des lunettes holographiques HoloLens (Microsoft), permet de superposer à l’environnement architectural les réseaux en 3D (électricité, téléphone, chauffage urbain, gaz, fibre optique, eau…). De quoi gagner un temps précieux, en limitant les mesures parfois fastidieuses à réaliser par les géomètres sur le terrain.

Commandez notre Revue

Votre cerveau a été piraté

| | radar

Une nouvelle particule a été découverte, et elle ne manque pas de charme

L'expérience de beauté au LHC. Image: CERN

Et une de plus! Les physiciens de la collaboration LHCb du CERN ont annoncé ce 26 février 2019 la découverte d’une nouvelle particule, après sept ans d’efforts. Baptisé ψ3(1D), ce nouvel objet microscopique ne manque pas de charme. Ou plus exactement de quarks charmés, puisqu’il est fait de ces “briques” élémentaires de matière.

Pourquoi c’est important. La découverte réjouit les physiciens. Car juste après le Big Bang, la moitié de la matière — l’antimatière— a disparu, sans qu’on puisse expliquer pourquoi. Mieux on connaîtra l’ensemble des particules, et plus on pourra comprendre les raisons de cette bizarrerie de l’Univers.