#bonne santé


S'abonner
| | idées

«Nos enfants apprennent les couches géologiques de notre planète, mais pas ce qui leur permet de rester en bonne santé!»

Béatrice Hirsch est infirmière responsable des soins dans un EMS genevois. Auparavant, elle a travaillé trente ans aux Hôpitaux universitaires de Genève (en médecine interne) ainsi que trois ans dans l'humanitaire. Elle donne des pistes de réflexions suite à l'étude de l'Université de Genève publiée lundi 12 novembre sur «Vieillir en bonne santé».

Une étude de l’université de Genève, publiée hier, nous dit que parmi les années de vie gagnées grâce à l’amélioration générale de l’espérance de vie, la plupart le sont en bonne santé! C’est une excellente nouvelle que nous pouvons savourer dans le pessimisme ambiant.

Mais – et bien sûr qu’il y a un mais! – le bémol est qu’il existe des inégalités suivant le niveau de formation et on peut constater que les personnes qui n’ont suivi que la formation obligatoire gagnent beaucoup moins d’années de vie en bonne santé que celles qui ont suivi une formation tertiaire. Alors, nous devons nous poser la question de comment faire pour diminuer ces inégalités.