#biologie


Abonnez-vous
| | news

Le Prix de Quervain va aux carottes de glace et aux maladies respiratoires en altitude

La pointe Gnifetti, vers le Mont Rose. | Michael Sigl / PSI

Le Prix de Quervain pour la recherche polaire et de haute montagne récompense des jeunes scientifiques. Il est attribué cette année à Sandra Brügger, de l’Université de Berne, et à Michael Furian, de l’ETH Zurich, pour leurs doctorats respectifs. La distinction, dotée de 5000 francs, sera remise ce vendredi au Musée alpin de Berne.

Les détails. La biologiste Sandra Brügger est primée pour ses travaux sur le potentiel de l’utilisation des carottes de glace dans l’étude des questions écologiques. Le pneumologue Michael Furian est, quant à lui, distingué pour ses recherches sur la tolérance à l’altitude de patients atteints de bronchopneumopathie chronique obstructive, une maladie respiratoire atteignant les bronches.

| | radar

Le cancer de la moule peut métastaser à un océan de distance

Shutterstock / Kos Rudenko

Une équipe de recherche internationale a établi la transmission de cellules cancéreuses entre espèces de moules distantes de milliers de kilomètres, du Canada vers l’Europe et l’Amérique du sud. C’est sans doute l’action humaine (navires de pêche) qui a permis une dissémination sur une telle distance. Le New York Times se fait l’écho de cette découverte publiée dans la revue eLife et revient sur le phénomène fascinant de cancer transmissible chez l’animal.

Pourquoi c’est intéressant. Le cancer débute par une tumeur primaire puis se dissémine via le sang ou la lymphe pour former des métastases dans l’organisme. Une vraie «success story» évolutive, à l’échelle cellulaire. Mais les recherches en biologie animale montrent la possibilité (rare) d’une transmission du cancer entre individus, voire entre espèces: par morsure chez les diables de Tasmanie, via l’accouplement. On ne connaît heureusement aucun mécanisme de ce type chez l’humain.

link

À lire dans le New York Times

| | radar

BioRxiv publiera les évaluations des réviseurs d'études soumises afin d'augmenter la transparence

rosefirerising/Flickr/Creative Commons

Si vous ne connaissez pas bioRxiv ou arXiv, sachez qu’il s’agit de serveurs où les auteurs d’une étude scientifique peuvent la mettre à disposition, sous forme de préprint, avant qu’elle ne soit formellement publiée dans une revue à comité de relecture par des pairs (peer review). BioRxiv, spécialisé dans publications en sciences de la vie, a lancé une expérimentation inédite: des services de peer review seront proposés pour évaluer publiquement la qualité des articles proposés, si les auteurs en font la demande, explique Science.

Pourquoi c’est important. Pour les chercheurs, l’enjeu est d’accélérer le processus de publication dans une revue, qui prend souvent des mois, entre les demandes successives dans un autre journal en cas de refus, puis les allers retours du manuscrit une fois qu’il a été accepté… Il s’agit aussi, à travers cette expérience, d’améliorer la transparence de la recherche, et de tendre vers une science plus ouverte.

link

Lire l'article publié par Science Magazine

| | interview

Nobel de médecine: «Ils ont ouvert le champ à de nouveaux espoirs thérapeutiques»

La salle du comité Nobel où a eu lieu l'annonce, lundi 7 octobre | Pontus Lundahl, EPA TT News Agency , Keystone

Le prix Nobel de médecine 2019 a récompensé trois chercheurs (Gregg Semenza, Peter Ratcliffe et William Kaelin), dont les travaux ont permis de comprendre comment les cellules s’adaptent aux environnements pauvres en oxygène. Stéphane Germain, directeur de recherche à l’Inserm (Paris), explique l’importance de cette découverte. Entretien.

Quelle est votre lecture de ce prix Nobel?

| | radar

Une protéine à l'origine de la grande résistance des tardigrades

Un tardigrade | AJC1/Creative Commons

On les savait résistants à pratiquement tous les environnements extrêmes, mais on ignorait par quels mécanismes. Une étude californienne publiée dans la revue eLife a peut-être trouvé comment les tardigrades, ces petits invertébrés de moins d’un millimètre proches des arthropodes et champions de la survie, se protègent des radiations, explique FuturaSciences.

Pourquoi c’est intéressant. Les tardigrades sont des organismes qualifiés d’extrêmophiles. Ceci leur donne un avantage conséquent, leur permettant de s’installer dans des milieux inaccessibles à d’autres formes de vie. Au point où ceux libérés sur la Lune avec une sonde israélienne pourraient avoir survécu un temps sur place. Dans le cas des radiations, c’est une protéine protégeant leur ADN qui serait à l'œuvre.

link

Lire l'article sur Futura-Sciences

| | chronique

Le cirque est un peu triste sans animaux, mais comment regretter de les faire souffrir?

Je dois vous avouer un sentiment politiquement assez peu correct. Je suis allé au cirque Knie il y a quelques jours, et malgré l’humour des deux Vincent, malgré des numéros d’acrobates à couper le souffle, cette édition du 100e anniversaire m’a laissé une impression morose. Je me suis demandé pourquoi. J’ai compris lorsqu’a été monté, au centre de la scène, le chapiteau sur lequel étaient projetées les images de la famille Knie ces dernières décennies.

Karl et Eugen, Fredy et Franco, Mary-José et Géraldine étaient sans arrêt entourés d’animaux. Alors que là, à part les chevaux de Fredy junior, les perroquets de Franco junior et quelques poneys, ce sont les humains qui ont assuré le spectacle. Des humains un peu solitaires, malgré leurs muscles et leurs prouesses.

newsletter_point-du-jour

Recevez_ chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

| | radar

La biobanque suisse de cellules souches CryoSave a brutalement déménagé

Culture de macrophages à partir de cellules souches | NIH/Creative Commons

La société suisse CryoSave est une biobanque qui collectait et conservait depuis près de vingt ans des cellules souches issues de cordons ombilicaux. Mais la société a subitement déménagé hors du territoire emportant avec elle les échantillons biologiques. Que va-t-il advenir des 330’000 échantillons collectés pour des milliers de familles, interroge Le Temps.

Pourquoi c’est important. Les cellules souches issues du sang du cordon ombilical sont un moyen thérapeutique permettant de traiter, en usage intrafamilial, diverses pathologies par transplantation de cellules souches: cancers, pathologies auto-immunes voire neurodégénératives. Mais se pose désormais la question de la qualité de leur conservation, le matériel biologique ayant été transféré en Pologne.

link

Lire l'article publié par Le Temps

Commandez notre Revue

Votre cerveau a été piraté

| | news

Une initiative de microscopie open-source aux images époustouflantes naît en Suisse

Système nerveux d'un embryon de poulet de sept jours | mesoSPIM

Un groupe de chercheurs européens, dont le cœur est à l’Université de Zurich, a imaginé un nouveau système de microscopie dite «à feuille de lumière», adapté aux grands échantillons, peu cher et open source… Ils le présentent dans la revue Nature Methods, afin d’aider les laboratoires du monde entier à s’emparer de cette technique.

Pourquoi c’est intéressant. Les images générées sont à couper le souffle. Elles intéressent tant les neurosciences que la biologie du développement. De plus, l’innovation open source est capable de proposer des solutions de pointe adaptée aux besoins des scientifiques.

| | radar

Comment la «blobologie» transforme le monde de la biologie

La résolution de microscopie s'est grandement améliorée avec la cryo-microscopie électronique | Martin Högbom/Nobel Prize Organisation

Une nouvelle technique de microscopie, appelée cryo-microscopie électronique (cryo-EM), est en train de révolutionner la biologie, estiment des scientifiques interrogés par la BBC. Aussi nommée jusque-là «blobologie» tant les images qu’elle produisait restaient floue, elle a été améliorée au point de permettre une vision des plus infimes éléments biologiques de l’organisme avec une précision inégalée.

Pourquoi c’est important. Cette nouvelle technologie, qui a permis à ses inventeurs de décrocher le Prix Nobel 2017 de chimie, parmi lesquels figure Jacques Dubochet de l’Université de Lausanne, pourrait notamment permettre le développement de nouveaux médicaments.

link

L'article de la BBC, richement illustré d'images scientifiques

| | radar

Les plaquettes sanguines, un avantage évolutif qui remonte à notre dernier ancêtre commun avec l'ornithorynque

Un ancêtre commun de l'homme et de l'ornithorynque aurait le premier commencé à produire des plaquettes sanguines | JULIAN SMITH /EPA/ KEYSTONE

La gestation des mammifères pose un certain nombre de problèmes biologiques. Comment peut s’établir, via le placenta, le lien sanguin entre le fœtus et la mère, sans que ne surviennent de terribles hémorragies? Grâce aux plaquette sanguines, qui permettent la coagulation… un avantage évolutif ancien, avance une étude publiée dans Biology Letters.

Pourquoi c’est important. En tant que mammifères, l’humain et l’ornithorynque partagent un certain nombre de points communs, mais pas celui de la gestation: nous sommes vivipares, alors que le monotrème est ovipare. Ce serait le dernier ancêtre commun partagé par les deux espèces, il y a environ 300 millions d’années, qui aurait le premier développé ces cellules, des thrombocytes.

link

Lire l'article publié dans Biology Letters (EN)

| | news

Bactérie, algue et limace, un couple à trois pour la survie

La limace E.rufescens se nourrissant d'une algue Bryopsis sp. | Institute of Marine and Environmental Technology,

Une équipe américaine montre comment une algue, une limace de mer et une bactérie vivent en symbiose.

Pourquoi on vous en parle. La symbiose est un mode de coopération fréquent dans les écosystèmes. Le processus tripartite décrit cette semaine dans Science est inhébituel, avec une bactérie inconnue jusqu’à présent qui produit des molécules chimiques pour le compte de ses partenaires.

| | news

An exquisite french meal brings a famous songbird close to extinction

The ortolan bunting is a famous songbird | Pierre Dalous, Wikipedia

A large scale study reveals a massive population decline of ortolan bunting, due to traditional hunting mainly in France. The study led by the Institute for Ecology and Evolution of the University of Bern, partnered with an international science team, studied the migration and demographic of the famous songbird (Emberiza hortulana).

Why this is important. The species is near extinction in Northern and Western Europe – in Switzerland the number dwindled to less than twenty. In France the songbird is considered a delicacy and despite its banishment from restaurant’s menus in 1999, its hunting never stopped. Around 30’000 birds are killed every summer in the southwest of France. In December 2016, the European Commission indicted France before the European Court of Justice for breaching the regulations of the Birds Directive.

| | news

Comment gérer le loup: le canton de Vaud fait appel à un expert

Une meute a déjà été observée en Valais | DR

Après l’annonce de l’observation, ensemble, de trois loups dans la région de Le Vaud, une séance d’information avec pour titre «Le loup notre nouveau voisin», a eu lieu jeudi soir à Longirod, village du pied du Jura. Elle a fait salle comble. Heidi.news, qui a révélé l’observation des trois canidés, y était.

Pourquoi on en parle. Ces loups ne forment pas encore une meute – il faudrait pour cela y trouver un louveteau. Or les spécialistes s’attendent à voir des petit au printemps. De tous côtés, on tente d’apaiser la situation autour du grand prédateur, de plus en plus animée en Suisse depuis quelques années.

Une actualité vous interroge ?

Posez votre question à la rédaction de Heidi.news

| | news

La pompe secrète des bactéries pour devenir résistantes aux antibiotiques

Cette souche de staphylocoque doré résistant a été magnifiée 50'000 fois | CDC, Matthew J. Arduino

Des chercheurs de l’Institut de biologie et chimie des protéines, à Lyon, ont découvert comment la résistance aux antibiotiques peut se disséminer entre bactéries. Publié dans Science, ce résultat révèle le rôle crucial d’une protéine bactérienne, une «pompe» qui expulse les composés toxiques, dont les antibiotiques, et permet ainsi à la cellule de gagner du temps pour mettre en œuvre des protections plus spécifiques.

Pourquoi c’est intéressant. Les antibiotiques constituent une classe de médicaments très importante, principal rempart de la médecine contre les infections bactériennes. Mais de plus en plus de microbes résistent à ce genre de traitements. Ces travaux pourraient aider à enrayer la propagation des résistances aux antibiotiques, l’une des plus graves menaces pesant sur la santé mondiale selon l’OMS.

| | news

Exclusif: trois loups ont été aperçus au-dessus de Nyon. Les autorités tentent de déminer un dossier explosif

Traces photographiées à Le Vaud par une habitante le 14 février 2019 | Marie-François Dil

Un groupe de trois loups a été observé à Le Vaud (VD), au-dessus de Nyon, par une promeneuse. Il s’agit probablement d’individus venant de la région de la Vallée de Joux-Col du Marchairuz.

Pourquoi c’est important. Petit à petit, le loup se réinstalle partout en Suisse: plusieurs meutes sont déjà présentes aux Grisons, et une en Valais. La législation sur sa régulation ne cesse d’être adaptée. Cette observation d’un trio de loups – qui ne constitue pas (encore) une meute – alimente un débat déjà très émotionnel. Une information à la population est d’ailleurs prévue cette semaine dans la région.