#biodiversité

| | news

Quels sont les enjeux de la conférence sur le commerce des espèces menacées?

Le poisson-cardinal de Banggai est un poisson de mer lourdement menacé par l'industrie des aquariums | Jens Petersen/Creative Commons

La 18e conférence de la CITES, la Convention sur le commerce international des espèces sauvages menacées, débutera ce samedi à Genève. Jusqu’au 28 août, les 183 Etats signataires devront s’accorder sur les espèces dont la vente doit être interdite ou sévèrement encadrée.

Pourquoi c’est important. Le dernier rapport du groupe international d’experts sur la biodiversité IPBES, paru début mai, estime qu’un million d’espèces se trouvent en danger d’extinction. Les régulations du commerce international représentent un outil indispensable pour soutenir les mesures de conservation.

Commandez notre Revue

L'Etivaz, le génie fromager

| | news

Le nombre d'espèces menacées d'extinction a-t-il été surestimé par le rapport mondial de l'IPBES?

Le macaque de Barbarie fait partie des espèces en danger selon l'IUCN et l'IPBES | Florent Hiard

Les chiffres du dernier rapport mondial sur la biodiversité? Surestimés, car basés sur une estimation exagérée du nombre total d’espèces, selon un chercheur. Voici, en substance, les critiques qu’en fait, dans la revue Science, Mark Costello, spécialiste de la biodiversité marine à Auckland (Nouvelle-Zélande). Des experts suisses ayant participé au rapport les réfutent fermement.

Pourquoi c’est important. En mai dernier, la plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) publiait son rapport mondial 2019. Elle y estimait à 1 million le nombre d’espèces actuellement en danger d’extinction. Un chiffre affolant, qui aide à prendre conscience de l’urgence à agir.

| | news

Aux Etats-Unis, un tiers des papillons a disparu en deux décennies

Les populations de papillons sont en déclin à travers le monde | Jondolar Schnurr / Pixabay

Une équipe de chercheurs américains a surveillé les populations de papillons de l’Ohio pendant 20 ans. Son constat est sans appel: avec un déclin annuel moyen de 2%, les 81 espèces suivies ont perdu 33% de leur population.

Pourquoi c’est inquiétant. En général, seules les espèces courant un risque avéré d’extinction sont étudiées en détail, dans un souci de conservation. Ici, les lépidoptérologues américains ont examiné 81 espèces de papillons communes qui font rarement l’objet d’un suivi systématique. Leurs travaux, publiés dans Plos One, montrent qu’elles sont aussi menacées.

| | news

Le glyphosate ne nuirait pas aux sols agricoles, selon des chercheurs finlandais

SASCHA STEINBACH/EPA/KEYSTONE

Le glyphosate est-il dangereux? Et si oui, pour qui: les écosystèmes, les utilisateurs ou les consommateurs finaux? Des chercheurs finlandais ont mené une étude de terrain, présentée comme une première, évaluant ses effets sur les écosystèmes agricoles. Verdict: c’est la disparition des mauvaises herbes ciblées qui a le plus d’effets sur la biodiversité des sols, davantage que le glyphosate. Ces résultats ont été publiés dans la revue Scientific reports.

Pourquoi c’est important. Principe actif de l’emblématique herbicide Roundup (qui a valu à Bayer-Monsanto une condamnation à payer des indemnités record en 2018 à un jardinier américain atteint d’un cancer), le glyphosate a mauvaise presse. Malgré tout, la littérature scientifique ne parvient à atteindre un consensus quant à sa dangerosité ou son innocuité, diverses institutions se montrant en désaccord.

| | reportage

En Colombie, un élevage de grenouilles tente de casser les trafics illégaux

Une phyllobate bicolore, l'une des grenouilles les plus toxiques au monde | Tesoros de Colombia

Pour lutter contre le commerce illégal de grenouilles en voie d’extinction, le zoologiste Iván Lozano élève des espèces prisées des collectionneurs, notamment européens. Il les exporte à un prix défiant toute concurrence pour tarir les ressources des trafiquants.

Pourquoi c’est important. Les amphibiens sont des espèces qui vivent sous la menace d’un champignon pathogène, du changement climatique, de la destruction des habitats et du braconnage. En Colombie, ces espèces sont protégées, leur commerce interdit, mais cela n’empêche pas le trafic.

newsletter_point-du-jour

Recevez_ chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

| | radar

L'hécatombe menace les sapins de la forêt vaudoise

Le bostryche, un petit coléoptère, profite des transformations climatiques pour proliférer et décimer les arbres | Creative Commons

Au pied du Jura, entre Vallorbe et Baulmes, les sapins sont morts par centaines au sortir de l’hiver, raconte notre confrère 24 heures (FR).

Pourquoi la forêt n’en peut plus. C’est sans doute l’enchainement de grands événements climatiques (tempête Lothar de 1999, sécheresses de 2003 et 2018) et des proliférations d’insectes ou de champignons, et sans doute de la pollution.

link

Lire le reportage de 24 Heures (FR)

| | news

En Méditerranée, 28 jours à 120 mètres de fond pour étudier la biodiversité

Massif coralligène du Cap Lardier. | Laurent Ballesta / Andromède Océanologie

Quatre plongeurs vont passer un mois à explorer les grandes profondeurs de la Méditerranée, de Marseille à Monaco, du 1er au 28 juillet. L’objectif de cette expédition, emmenée par le biologiste et photographe Laurent Ballesta, est d’étudier les récifs coralligènes, des écosystèmes mal connus, situés entre 60 et 120 mètres de profondeur.

Pourquoi on en parle. Pour un séjour de 30 minutes à 120 mètres de fond, décompression oblige, il faut normalement compter cinq heures de remontée. Ici, les plongeurs vivront en surface, mais dans une station pressurisée. Ils pourront ainsi explorer les récifs sans limite de temps, grâce à une sorte d’ascenseur, et réaliser des mesures inédites de l’environnement sous-marin.

| | news

Les dents de la mer n'ont pas peur des poulets

Sur l'île de la Réunion, les attaques mortelles se sont multipliées | Tybo2 - Creative Commons

Les autopsies de requins conduites sur l’Ile de la Réunion, dans l’océan Indien, montrent qu’on retrouve des poulets entiers, ou des morceaux, dans l’estomac d’un tiers des squales.

Pourquoi on vous en parle. Les rencontres entre humains et squales, qui finissent parfois mal, se multiplient dans les eaux de l’île française de la Réunion. Les chercheurs s’interrogent sur les raisons qui ont conduit certains requins à s’installer durablement près des côtes. Ces poulets avalés seraient une piste (FR).

| | twitter

Palau révise son sanctuaire marin pour ne pas fâcher le Japon

Dans l'archipel de Palau | Charly W. Karl - Creative Commons

De la difficulté à réconcilier les généreux donateurs avec la protection de l’environnement. L’état insulaire de Palau, dans le Pacifique, avait décidé de fermer à la pêche 80% de sa zone d’exclusivité économique, pour créer une aire de protection marine d’environ 475 000 km2, et une zone de pêche industrielle réservée aux chalutiers de Palau. C’était compter sans l’appétit du Japon, un important bailleur de fonds de ce micro-état.

Pour ne pas fâcher Tokyo, Palau vient de modifier son plan, six mois avant son entrée en vigueur: vingt navires japonais de la région d’Okinawa seront finalement autorisés à pêcher.

| | news

Des chercheurs hongkongais espèrent sauver les récifs menacés en transplantant des coraux

Corail mort (au premier plan) dans la Grande barrière de Corail, au large de l'Australie | Creative Commons

Une équipe de chercheurs de l'Institut de sciences maritimes de l'Université de Hong Kong (EN) a mis au point une technique de transplantation pour sauver une espèce locale de coraux menacée par le réchauffement climatique. Le taux de survie atteint 70% à 80%, selon les premiers résultats, qui viennent d’être communiqués.

Pourquoi c’est important. A l’échelle globale, le réchauffement climatique fait des ravages sur les coraux. La Grande barrière de corail, en Australie, a perdu la moitié de sa superficie ces dernières années suite à plusieurs évènements de blanchissement. Le procédé mis au point à Hong Kong ouvre de nouvelles perspectives.

| | radar

Près de 600 espèces de plantes ont disparu depuis le XVIIIe siècle

Arbre morts. | Stephen B. Morton / Keystone

Trois espèces par an depuis 1900, 571 en tout depuis 1753: c’est à ce rythme impressionnant que disparaissent les plantes, raconte Nature News (EN), revenant sur les résultats de la plus vaste étude jamais réalisée sur le sujet. Il s’agit d’un taux d’extinction 500 fois supérieur au rythme naturel.

Pourquoi c’est alarmant. Selon cette étude, la disparition des plantes serait quatre fois plus élevée que ce que suggère la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature. Et les chercheurs pensent que leurs conclusions sous-estiment la réalité.

| | vidéo

Pour la première fois, un poisson surpris en train de retenir sa respiration

C’est une étonnante découverte que nous relate le site de Science Magazine: certains poissons des abysses sont capables de ne pas respirer pendant plusieurs minutes. Comme ils n’ont pas de poumons, il retiennent de l’eau dans leur bouche, et peuvent augmenter ainsi leur volume de 20%, tout en prélevant lentement l’oxygène contenu dans le liquide.

A quoi cela sert-il? Selon les scientifiques, cette stratégie permet d’économiser de l’énergie, en évitant de pomper de l’eau, tout en dissuadant des prédateurs avec leur volume augmenté. Huit poissons ont ainsi pu être filmés.

Une actualité vous interroge ?

Posez votre question à la rédaction de Heidi.news

| | radar

14 lions s'échappent d'une réserve en Afrique du sud

Un groupe de 14 lions s’est échappé de la réserve du Kruger national park, en Afrique du sud. Les autorités de la province du Limpopo ont demandé à la population d’être particulièrement vigilante.

Des rangers ont été envoyé près d’une mine de la région, où les félins ont été aperçus. Ils doivent tenter de les capturer pour les renvoyer dans la réserve.

| | news

Néonicotinoïdes et parasites Varroa, une synergie meurtrière pour les abeilles

Dans une ruche | Denis Delbecq

Des travaux réalisés par un groupe suisse et thaïlandais démontrent, pour la première fois, une synergie entre deux facteurs néfastes aux abeilles à miel.

Pourquoi c’est essentiel. Dans la plupart des pays, les populations d’abeilles mellifères sont en chute libre. Parmi les causes évoquées, une exposition aux insecticides de la famille des néonicotinoïdes utilisés par les agriculteurs, ainsi qu’un parasite, Varroa destructor, vecteur de nombreux agents infectieux.