#bâtiment


S'abonner
| | radar

Pourquoi les performances énergétiques des bâtiments suisses sont si mauvaises

Approvisionnement en mazout d'un immeuble de logements dans le canton de Zurich. | Gaëtan Bally / Keystone

En Suisse, les bâtiments sont responsables de plus d’un quart des émissions de CO2, ce qui en fait la deuxième source d’émissions après le transport. Les émissions des bâtiments par habitant sont supérieures à la moyenne européenne. La raison? Deux tiers des édifices ont été construits avant les années 1980 et la Suisse est le pays européen qui chauffe le plus au mazout, explique un article de swissinfo.ch. Sans compter qu’une majorité d’immeubles et de maisons ne bénéficient pas d’une isolation adéquate.

Pourquoi c’est surprenant. Il existe de nombreux programmes de soutien et d’incitations financières pour les propriétaires qui souhaitent améliorer le bilan énergétique de leur bien. Mais même si ces mesures rencontrent un intérêt croissant, les rénovations ne progressent que très lentement et sont encore largement insuffisantes pour atteindre les objectifs de la Stratégie énergétique 2050. Les spécialistes expliquent cette lenteur par la méconnaissance du public des solutions technologiques et des aides à disposition, mais aussi des conséquences économiques et financières d’un tel investissement. Ils soulignent également des lois cantonales qui ne sont pas adaptées aux nouvelles possibilités.

link

Lire l'article de swissinfo.ch

| | news

Compromis sur les émissions liées aux bâtiments pour la Loi sur le CO2

Image d'illustration | Rene Staempfli / Pixabay

Gong de fin lundi soir pour le premier round sur la révision de la loi CO2 au Conseil des Etats. La suite des discussions reprendra mercredi mais certaines mesures ont déjà été votées. Parmi elles, une limite des émissions de carbone par les bâtiments qui se heurtait jusque-là aux cantons, craignant pour leur autonomie.

Pourquoi c’est important. Ménages et services compris, les bâtiments représentent encore près de 13 millions de tonnes de CO2 par an, soit 25% des émissions helvétiques. La révision de la loi sur le CO2 projette une réduction d’au moins 50% des émissions liées au bâtiments d’ici 2026-2027 par rapport à 1990 avec une valeur-limite de 20kg de CO2 par m² dès 2023, valeur qui baissera ensuite de 5kg tous les 5 ans. Un délai jugé trop court lors de la séance de lundi par Beat Vonlanthen (PDC/FR) et laissant plusieurs parlementaires craindre pour l’autonomie des cantons, notamment Werner Luginbühl (PBD/BE) et Roland Eberle (UDC/TG).