#aviation

| | twitter

Alors que jamais autant d'avions n'ont volé en un jour, une canicule sans précédant écrase l'Europe

L’impact climatique du transport aérien est de plus en plus important: entre 3 et 5% du forçage climatique anthropique lui est attribué. Et la tendance est plutôt à la hausse, malgré les meilleures intentions des compagnies aériennes de réduire les émissions de leurs avions. Une solution souvent avancée, mais non encore largement concrétisée: un taxe sur le kérosène.

link

Relire notre réponse à une question de lecteur «Quelle sera la part du transport aérien dans les émissions de gaz à effet de serre en 2050?»

| | radar

Le logiciel de bord du Boeing 737 MAX aurait été sous-traité à des firmes néophytes en aéronautique

Des dizaines de Boeing 737 MAX cloués au sol sur un parking à proximité de Seattle le 27 juin 2019. | Elaine Thompson/Keystone

Série noire pour le Boeing 737 Max, cloué au sol depuis le crash du vol d’Ethiopian Airlines en mars dernier. Entré en service trois ans plus tard que prévu, en 2011, avec des millions de dollars de budget dépassé, le modèle est épinglé par une enquête publiée par Bloomberg. Il donne la parole à une série d’ingénieurs de l’aviateur américain: les témoignages sont accablants.

Pourquoi c’est grave. Selon l’article, la stratégie de Boeing était claire: développer un avion suffisamment proche des précédents modèles pour ne pas devoir changer les lignes de construction et, donc, faire des économies. Mais Boeing est allé plus loin. L’entreprise a choisi de sous-traiter une partie des développements informatiques de son logiciel de bord à des firmes non spécialisées dans l’aéronautique.

Commandez notre Revue

L'Etivaz, le génie fromager

| | radar

Les traînées de condensation des avions joueraient un rôle majeur dans le changement climatique

Des traînées de condensation laissées par des avions de ligne | Creative Commons

Lorsqu’on évoque la responsabilité de l’aviation commerciale dans la hausse des températures, l’on pense le plus souvent aux émissions de carbone dues à la combustion du kérosène. Mais les traînées de vapeur d’eau (on parle de traînées de condensation, ou contrails, pour condensation trails, en anglais) aussi ont une influence sous-estimée, explique Science (EN).

Pourquoi c’est préoccupant. Ces traînées nuageuses de haute altitude ont un fort effet de serre, et pourraient même contribuer davantage au réchauffement climatique que les seules émissions carbone de l’aviation. Et ce n’est pas tout: selon une nouvelle étude scientifique, leur impact pourrait même tripler d’ici 2050, en tenant compte des prévisions d’évolution du trafic aérien.

link

Lire l'article publié dans Science (EN)

| | radar

Un nouveau problème technique cloue le 737 MAX au sol

Ligne d'assemblage des Boeing 737 (il ne s'agit pas de Boeing 737 MAX) à l'usine de Renton, près de Seattle | Sarah Sermondadaz

Les turbulences peinent décidément à se dissiper pour Boeing, qui va voir son emblématique modèle 737 MAX, impliqué dans deux crashs mortels, cloué au sol plus longtemps que prévu. En cause, un nouveau défaut détecté par l’Administration fédérale américaine de l’aviation lors d’essai sur simulateur de vol, qui retarde sa certification, raconte Phys.org.

Pourquoi on vous en parle. Le problème, qui pourrait venir du logiciel utilisé sur l’ordinateur de bord, voire du matériel informatique utilisé, entraînerait l’impossibilité pour le pilote de retrouver le contrôle de l’appareil si un système automatique devait agir sur son inclinaison.

| | news

Héritier de Solar Impulse, l'avion électrique de H55 a réussi son premier vol

André Borschberg, CEO et cofondateur de H55. | Valentin Flauraud, Keystone

Equipé d’un système de propulsion électrique par la start-up valaisanne H55, le Bristell Electric a été dévoilé le 21 juin, quelques jours après le succès de son premier vol. L’avion biplace doit équiper deux écoles de pilotage dès la fin de 2020.

Pourquoi on vous en parle. L’aviation représente près de 10% des émissions de gaz à effet de serre en Suisse. Comme partout ailleurs, les industriels cherchent des solutions pour réduire l’impact climatique et la pollution des avions (FR).

| | radar

Le système d’atterrissage automatique ILS pourrait être vulnérable à une cyberattaque

Image d'illustration. Atterrissage d'un avion cargo sur une base militaire au Japon | U.S. Air Force/Osakabe Yasuo

Dans une communication prévue pour un congrès de sécurité informatique en août prochain, mais déjà disponible en ligne, trois scientifiques de la Northwestern University de Boston (États-Unis), expliquent comment il est possible d’interférer avec l’ILS, une technologie permettant l’atterrissage automatique.

Pourquoi c’est inquiétant. Nos confrères du site britannique The Register (EN) expliquent que si l’ILS —Instrument landing system— n’est pas le seul dispositif d’atterrissage automatique utilisé en aviation civile, ce dernier peut être piraté à distance avec du matériel radio en vente libre!

newsletter_point-du-jour

Recevez_ chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

| | news

L'allemand Lilium présente son projet d'avion-taxi à Vivatech