#Australie


S'abonner
| | radar

Les incendies australiens vont provoquer une concentration record de CO2

Feux dans une forêt Australienne | Sean Davey / EPA AAP Keystone

La concentration de CO2 dans l’atmosphère risque fort de connaître un niveau record en 2020, selon le Met Office, service météorologique national britannique. En cause, les incendies géants australiens qui ont ravagé plusieurs millions d’hectares de forêts ces derniers mois, détaille New Scientist.

Pourquoi on en parle. Les efforts pour contrer le réchauffement climatique passent par la réduction des émissions de CO2. Or en brûlant, les forêts australiennes auraient relâché entre 0,4 et 0,7 gigatonnes de CO2. La concentration du gaz à effet de serre pourrait alors atteindre 414,2 ppm en 2020, contre 411,5 ppm en 2019. Une augmentation de presque 3 ppm en un an à mettre en comparaison à la moyenne de la dernière décennie, autour de 2.

link

Lire l'article du New Scientist

| | radar

En Australie, même l'industrie du charbon déplore les incendies

Panaches de fumées autour de Sydney, début janvier 2020 | NASA Johnson/ISS

La plus grosse société minière d’Australie, BHP, a annoncé ce jeudi que sa production de charbon était en baisse. En cause, la fumée des feux de forêts records qui ravagent l’île depuis plusieurs mois. Certains employés ont dû quitter leur poste, explique le New York Times. Selon un document de revue opérationnelle de la compagnie, sa production aurait chuté de 11% au cours du semestre à cause des feux.

Pourquoi on en parle. Difficile de ne pas y voir une forme d’ironie du sort: l’industrie des combustibles fossiles — et en particulier celle du charbon — joue un rôle conséquent dans le réchauffement de la planète, ce qui augmente en retour la fréquence et la sévérité des feux de forêts. Cela pourrait toutefois marquer un réveil des consciences dans le pays, qui reste le premier exportateur mondial de charbon, et dont les objectifs climatiques restent peu ambitieux.

link

Lire l'article du New York Times

| | radar

En Australie, la recherche devra se réinventer après les feux

Image d'illustration | Sascha Grant/Flickr/Creative Commons

Le bilan des feux de forêts records survenus en Australie au cours des dernières semaines ne s’arrête pas aux effets terribles pour la biodiversité. La recherche en écologie sera elle aussi bouleversée, raconte Nature. Les résultats de bon nombre d’études en cours risquent fort d’être inutilisables à cause de la catastrophe, sans parler des équipements scientifiques perdus, des données détruites, ou des carrières académiques compromises…

Pourquoi c’est aussi une opportunité. Malgré tout, les chercheurs espèrent pouvoir tirer de précieuses leçons de ce drame. «Les perturbations d’un écosystème sont aussi l’un des meilleurs moyens de comprendre son fonctionnement», explique Ross Thompson, de l’Université de Canberra. A la clé, il s’agira aussi d’améliorer la gestion préventive des feux, en se préoccupant davantage des communautés animales.

link

Lire l'article dans Nature

| radar

L’exploratrice Sarah Marquis lance une collecte de fonds pour les animaux d'Australie

Sarah Marquis | Wikimedia Commons

L’exploratrice suisse Sarah Marquis a traversé l’Australie à pied de long en large, plus de 28’000 km dans le bush. Consternée par les feux ravageant le continent, elle vient de lancer une campagne de récolte de dons pour la sauvegarde des animaux menacés par les incendies. Près de 10’000 francs ont déjà été récoltés.

Rédactrice en chef invitée d’une newsletter spéciale de Heidi.news le 18 décembre dernier, l’exploratrice se disait «très touchée» par les incendies australiens, «son pays d’adoption». Elle donnera une grande conférence «L’aventure d’une vie» le 23 janvier prochain à Lausanne.

link

GoFundMe

| | news

En Australie, les citadins étouffent et les joueurs de tennis s'écroulent

Capture d'écran du match de qualification de l'Open d'Australie de ce mardi matin 14 janvier au moment où la joueuse slovène abandonne pour problèmes respiratoires.

Sur l’île-continent, les nuages de fumées toxiques dues aux bushfires (feux de brousse) enveloppent depuis plusieurs semaines certaines grandes villes comme Sydney, Melbourne et Canberra. Le phénomène, sans précédent, inquiète les experts sur les risques respiratoires et sur la santé en général. L’Australian Medical Association (AMA) a déclaré le 3 janvier que l’inhalation de ces fumées sur une période prolongée représente un risque pour tout le monde.

Pourquoi on en parle. L’Open d’Australie de tennis à Melbourne (du 20 janvier au 2 février) n’a pas encore débuté que la mauvaise qualité de l’air perturbe déjà les qualifications: plusieurs joueuses du tour préliminaire et un ramasseur de balle ont été victimes de malaises respiratoires ce mardi matin 14 janvier. Quels sont les risques pour les joueurs de tennis et pour la population en général? Esquisses de réponses.

| | radar

La pollution due aux feux de forêts australiens a commencé son tour du monde

Panaches de fumée dans le Sud de l'Australie, observés par le satellite Sentinel-3 | Copernicus/ESA

Alors que des millions d’hectares brûlent en Australie, les aérosols (particules fines en suspension dans l’air) issus de la combustion sont d’ores et déjà dispersés par les phénomènes météorologiques de l’atmosphère. Les poussières sont visibles à plus de 11’000 km de là, en plein océan Pacifique, relate le Washington Post, qui se fonde sur des données satellitaire issues du programme européen Copernicus. Un des chercheurs interrogés mentionne avoir vu des poussières attribuables aux feux, qui donnent une teinte rougeâtre au ciel, jusqu’au Chili!

Pourquoi on en parle. Ce n’est pas la première fois que des aérosols issus de feux de forêts se déplacent sur de grandes distances. En 2017 par exemple, l’ouragan Ophelia, au Royaume-Uni, avait déplacé des masses d’air du Portugal, où se produisaient d’importants incendies, ainsi que des poussières de sable du Sahara, jusqu’en Bretagne. Au-delà de leur impact lié à l’effet de serre, les molécules dispersées – principalement du monoxyde de carbone, du dioxyde de carbone et du méthane – sont transportées à haute altitude, dans la stratosphère, où leur effet sur le climat est encore mal compris.

link

Lire l'article du Washington Post

| | radar

Incendies en Australie: le macabre sort des animaux s’étend

Photo: Pixabay

Alors que l’intensité des incendies se réduit, le désastre sur les animaux et la biosphère se découvre petit à petit. Après les nombreuses pertes parmi les koalas et les kangourous, après le chiffre (certes discutable) de un demi-milliard d’animaux morts, le ministère de l’agriculture craint que les pertes de bétail s’élèvent à 100’000 bêtes, explique ABC Australia.

Des espèces uniques d’abeilles, de reptiles et d’invertébrés sont aussi menacées. Et, comme nous vous le racontions ce mercredi, 10’000 dromadaires en quête d’eau vont être abattus.

link

ABC Australia

| | radar

L'Australie va devoir abattre 10'000 dromadaires sauvages à cause de la sécheresse

Troupeau de dromadaires, image d'illustration | Dorothée Guennesson/Pixabay

La sécheresse frappant l’Australie a d’autres conséquences dramatiques que les incendies. Privés d’eaux, des milliers de dromadaires sauvages se rapprochent toujours plus des zones d’habitation pour trouver de quoi s’abreuver, selon The Independent. Face à cette situation, l’exécutif de la région aborigène Anangu Pitjantjatjara Yankunytjatjara (APY) a décidé d’abattre 10’000 de ces ongulés.

Pourquoi on en parle. Les dromadaires se rapprochant des zones résidentielles posent de nombreux problèmes, selon le Département de l’environnement et de l’eau d’Australie du Sud. Outre la consommation des réserves d’eau des habitants, les autorités mettent en avant les détériorations provoquées et les risques de contamination des points d’eau, notamment du fait des excréments des camélidés ou des cadavres des animaux morts de soif. Le nombre de 10’000 est cependant à relativiser, la population de dromadaires sauvages en Australie étant estimée à 1,2 million d’individus.

link

Lire l'article de The Independant

| | news

Incendies en Australie: trois enseignements à tirer de la carte des feux de la Nasa

Capture d'écran de la carte FIRMS | Nasa

Des incendies dévastent depuis le mois de septembre une grande partie de l’Australie. À ce jour, 24 morts ont été dénombrés, on estime que 8 millions d’hectares sont ravagés et environ 200 brasiers encore actifs. Comme l’été dernier lors des feux de forêts en Amazonie, la carte Fire Information for Resource Management System (FIRMS) permet de visualiser les zones impactées.

Pourquoi il faut se méfier. Comme pour l’Amazonie, la carte des feux de la Nasa a engendré de nombreuses polémiques ces derniers jours. Heidi.news vous en détaille trois, images à l’appui.

| | news

Un demi-milliard d’animaux morts en Australie, un chiffre à prendre avec prudence

Deux kangourous ayant survécu aux feux dans le Wollemi National Park, en Nouvelle-Galles du Sud. | JEREMY PIPER /EPA/Keystone

Un demi-milliard d’animaux seraient morts dans les feux en Australie depuis le mois de septembre. Ce chiffre impressionnant a été publié vendredi 3 janvier par l’Université de Sydney. Ce mardi 7 janvier, WWF Australie va encore plus loin: en reprenant la même méthode de calcul, l’organisation estime que le bilan se monte à 1,25 milliard d’animaux tués directement ou indirectement par les incendies qui ravagent l’île.

Pourquoi il faut se montrer prudent. Associé à des images choc de koalas et de kangourous prisonniers des flammes, le chiffre de l’Université de Sydney n’a pas tardé à faire le tour des médias du monde entier. Au regard d’autres catastrophes naturelles ayant impacté la faune, le bilan australien semble certes hors norme. Mais les spécialistes émettent certaines réserves sur ce chiffre.

newsletter_point-du-jour

Recevez_ chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

| radar

L'Australie brûle, un demi-milliard d'animaux morts

Le continent continue de brûler. Des milliers de militaires réservistes ont été appelés en renfort. Depuis le début des feux il y a quatre mois, six millions d'hectares de végétation ont été détruits, les dégâts représentent plus de 200 millions de francs, et 100'000 personnes ont été sommées d'évacuer. Quelque 480 millions de mammifères, oiseaux et reptiles par ailleurs sont morts à cause des incendies en Nouvelle-Galles du Sud, assure une étude de l'université de Sydney.

link

Université de Sydney

| | radar

Canberra recouvert d'un nuage toxique à cause des feux

Toute la ville de Canberra a été recouverte d'un brouillard toxique causé par les 140 feux en cours autour des habitations. Ces feux de brousse pourraient être alimentés en début de semaine par une forte vague de chaleur. L’est de l’Australie connaît depuis trois mois des incendies particulièrement dévastateurs, conséquence, selon des scientifiques, d’une sécheresse prolongée et du réchauffement climatique.

link

RFI