#assurance-maladie


S'abonner
| | twitter

Primes 2020: le seuil de douleur est atteint depuis longtemps pour le PS

Pour le Parti socialiste, les primes d’assurance-maladie ont explosé ces vingt dernières années. La faible augmentation annoncée pour 2020 ne change rien pour le PS: le seuil de douleur est dépassé depuis longtemps pour les assurés.

Le parti profite de cette annonce pour mettre en avant son initiative de plafonnement des primes à 10% du revenu.

| | news

Ce qu'il faut retenir de la faible hausse des primes d'assurance-maladie 2020

Pascal Strupler, directeur de l'OFSP, et Alain Berset, conseiller fédéral en charge de la santé, lors de la conférence de presse de l'annonce des primes 2020. | Keystone / Peter Schneider

Ce mardi 24 septembre, Alain Berset, conseiller fédéral en charge de la santé, et Pascal Strupler, directeur de l’OFSP, ont annoncé le montant moyen des primes d’assurance-maladie pour 2020. Les Suisses devront s’acquitter en moyenne de 315 fr. 40 par mois. Cela représente une hausse de 0,2% au niveau national. Les différences cantonales sont importantes.

Pourquoi c’est important. Chaque année, l’annonce des primes pour l’année à venir est très attendue. Les montants en constante hausse depuis l’introduction de la LAMal grèvent de plus en plus le budget des familles et de la classe moyenne en général. Les primes 2020 connaissent une hausse presque nulle en Suisse. La Suisse romande, connaît une hausse plus importante que le reste de pays, à l’exception du canton de Vaud qui voit ses primes baisser.

| | twitter

Pour Santésuisse, une des deux faîtières de l'assurance-maladie, les primes vont continuer à augmenter

Le montant des primes d’assurance-maladie 2020 sera publié par l’OFSP demain, mardi 24 septembre à 10 heures. En prévision de cette annonce très redoutée en Suisse, Verena Nold, directrice de santésuisse, une des deux faîtières de l’assurance-maladie, promet des hausses continues ces prochaines années sans réformes du système. Elle évalue ces augmentations annuelles à 3 à 4%.

Nos offres de fin d'année

| | radar

Les primes d'assurance-maladie 2020 devraient baisser ou être gelées

Pascal Strupler, directeur de l'OFSP, et Alain Berset, conseiller fédéral, lors de la conférence de presse pour l'annonce des primes 2019. | Keystone / Peter Klaunzer

La semaine prochaine, l’Office fédéral de la santé publique annoncera le montant des primes d’assurances-maladie pour 2020. Vu l’évolution des coûts de la santé, une baisse des primes serait la bienvenue. Dans leur chronique commune, l’ophtalmologue Michel Matter et Philippe Eggimann, président de la Société médicale de la Suisse romande, estiment que les réserves accumulées par les assurances-maladie devraient permettre «une petite pause dans les ponctions par égard pour le patient-assuré».

Pourquoi c’est important. Depuis début 2017, les coûts de la santé n’ont que faiblement augmenté (+1,4%). Sur l’année 2018, ils ont même légèrement baissé. Les primes pour 2020 devraient être le reflet de cette réalité et non pas établis en fonction de projections, comme cela se fait habituellement.

link

Lire l'article publié sur Planète Santé

| | radar

En 2018, les coûts de la santé en Suisse ont baissé. Une première depuis l’introduction de la LAMal

Cartes d'assurances-maladie. | Keystone / Gaetan Bally

Selon les statistiques officielles de l’assurance obligatoire des soins (AOS), les coûts globaux de la santé par habitant n'ont pas augmenté en 2018, comme l’explique Fabian Schäfer, journaliste à la NZZ, dans un article que nous avons traduit en anglais. En fait, ils ont même légèrement diminué, passant de 3'849 à 3'848 francs par habitant. Une première dans les 23 ans d'histoire de l’AOS.

Pourquoi on ne peut pas se réjouir. Les chiffres pour 2019 montrent que les coûts sont à nouveau à la hausse. Mais les dépenses de l’assurance obligatoire des soins augmentent à un rythme plus lent qu’auparavant, selon les statistiques de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Les coûts ont «seulement» augmenté de 2,6% en moyenne entre 2008 et 2018. Entre 1997 et 2007, la hausse moyenne était de 4,7%.

link

Lire l'article original dans la NZZ (DE)

| | news

Le coaching sportif des capteurs connectés est bon pour la santé... et les assurances sociales

Séance de Fitness (image d’illustration) | Gaetan Bally - Keystone

Un entrainement physique personnalisé et adapté à partir des données recueillies par les montres ou bracelets connectés améliore la productivité au travail de personnes souffrant de troubles métaboliques, conclut une étude publiée dans le Lancet Public Health (EN).

Pourquoi on vous en parle. La multiplication des objets connectés dotés de capteurs biologiques, comme la mesure du rythme cardiaque, permet de personnaliser le coaching. De vastes études sont engagées pour en évaluer les bénéfices pour la santé. Elles intéressent aussi les assureurs.