#2019-nCoV


S'abonner
| | news

Des médecins suisses prennent la parole sur Instagram pour alerter la population

Philip, médecin dans le canton de Neuchâtel | DR

Le compte Instagram @parolesdedoc est créé dimanche 22 mars. Un jour plus tard, ce lundi 23 mars, c’est une quinzaine de vidéos postées, et de nombreux messages d’alerte, dont certains disponibles dans la vidéo ci-dessus. Les préoccupations sont diverses et variées, elles concernent autant le manque de matériel, de lits, de mesures efficaces des autorités sanitaires… Mais toutes aboutissent avec le même message: «Restez chez vous».

| | news

Covid-19: l'évolution de l'épidémie ce week-end en Italie et les craintes tessinoises

Des policiers italiens font barrage à l'entrée de la ville de Casalpusterlengo en Lombardie. | Keystone / EPA / Andrea Fasani

Nous suivons l'évolution de l'épidémie de Covid-19 qui prend sa source à Wuhan, au centre de la Chine. En voici les principales étapes depuis le 31 décembre 2019.

24 février. Ce week-end, la situation dans le Nord de l’Italie a pris des proportions inquiétantes: de 14 cas vendredi 21 février, le pays est passé à 155 cas dimanche soir. Un bilan auquel il faut ajouter 26 personnes en soins intensifs et trois décès. Environ 52’000 Italiens sont également confinés chez eux, en Lombardie et en Vénétie. Le carnaval de Venise s’est arrêté ce dimanche 23 février (alors qu’il devait se terminer demain) et la liaison ferroviaire entre l’Autriche et l’Italie (par le col du Brenner) a été interrompue brièvement dimanche soir.

| | radar

Covid-19: le nouveau coronavirus a enfin son nom définitif

Fini le surnom provisoire, peu euphonique et fourre-tout, de 2019-nCoV. L’infection à nouveau coronavirus possède désormais un nom officiel et définitif, a annoncé le Dr Tedros Ghebreyesus, directeur général de l’OMS, en conférence de presse aujourd’hui 11 février 2020. Ce sera: Covid-19.

Chaque jour, la newsletter qui vous livrera infos, témoignages et analyses au cœur des hôpitaux.

| | news

Coronavirus transmis par les selles, doutes sur les tests... Le bilan chinois est-il sous-estimé?

Agents de santé en tenue de protection médicale dans une rue de Hong Kong, le 11 février 2020. | Keystone / Kin Cheung

La progression éclair de l’épidémie de nouveau coronavirus en Chine donne lieu à de nombreuses interrogations, et pas seulement au sein de la population. Des retours de médecins chinois font état d’une difficulté potentielle à détecter les cas d’infection et de possibles voies de transmission atypiques, via les selles. Heidi.news fait le point sur les hypothèses de travail, alors que la mortalité en Chine a dépassé celle du Sras en 2002-2003.

| | radar

L’Anglais qui a transmis le coronavirus en Haute-Savoie a transité par Genève

Keystone / Martial Trezzini

Le patient britannique qui a transmis le nouveau coronavirus à cinq compatriotes dans un chalet des Contamines-Montjoie (Haute-Savoie), a transité par l’aéroport de Genève, rapporte La Tribune de Genève. Par deux fois: le 24 janvier dernier, à l’atterrissage d’un vol depuis Londres, et au retour de son séjour en France, le 28 janvier, pour un vol EasyJet à destination de la capitale britannique.

| | news

Pour les expatriés qui ont quitté la Chine à cause du coronavirus se pose la question du retour

De nombreuses personnes ont quitté la Chine depuis le début de l'épidémie. | Keystone

Le coronavirus vu de Chine, épisode 2. Ou plutôt de Shangaï, où Marco D’Amore y est installé depuis 2012. Il s'occupe d'accompagner l’installation d’entreprises en Chine. S'il est revenu en Europe le 1er février par précaution face au coronavirus, il envisage déjà d’y retourner. Mais ce ne sera pas pour tout de suite.

«Je suis pressé de revenir en Chine». Marco D’Amore a d’abord vu certains collègues de bureau, puis d’autres expatriés rentrer en Europe à cause de l’épidémie de coronavirus. Et ce, dès la semaine du 20 janvier «lorsqu’il y a eu les premiers articles dans la presse». C’est le 1er février que ce Lausannois, installé à un peu moins de 1000 kilomètres de Wuhan, décide de rentrer à son tour. Se pose à présent la question du retour en Chine.

| | radar

Pourquoi la fermeture des frontières ne bloquera pas la propagation du nouveau coronavirus

Keystone / Etienne Laurent

Le 31 janvier, les Etat-Unis annonçaient refuser l’entrée des ressortissants étrangers s’étant rendus en Chine au cours des deux dernières semaines. De telles mesures de restrictions sont-elles vraiment efficaces? Non, répond le journaliste scientifique Adam Rogers dans Wired. En cause, notamment: la méconnaissance du mode de transmission du virus, l’inefficacité de mesures similaires prises par le passé et le fait qu’il soit probablement déjà trop tard.

| | news

La Suisse toujours épargnée par le coronavirus

Virginie Masserey, responsable de la section contrôle de l'infection à l'OFSP, Daniel Koch, responsable de la division maladies transmissibles à l'OFSP, et Hans-Peter Lenz, chef du centre de gestion des crises au DFAE, lors de la conférence du presse du 7 février. | Keystone / Marcel Bieri

Tout va bien! C’est en résumé le message que désiraient faire passer l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) et le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) lors de leur conférence de presse ce 7 janvier à Berne. Les Suisses actuellement en quarantaine vont bien. Et il n’y a toujours pas de cas déclaré dans le pays.

| | news

Coronavirus: sept chiffres pour garder la tête froide

Dans un marché au poisson à Guangzhou, dans la province chinoise de Guangdong, le 6 février 2020. | Keystone / EPA / Alex Plaveski

Vitesse de l’épidémie, létalité du virus, proximité avec le Sras… En sept chiffres et quelques concepts simples, Heidi.news vous aide à brosser un tableau de la situation et à saisir les enjeux de l’épidémie de nouveau coronavirus qui secoue la Chine et, du point de vue de sa résonance médiatique, le reste du monde.

newsletter_point-du-jour

Recevez chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

| | news

Coronavirus 2019-nCoV: les grandes étapes de l'épidémie

Ecran d'avertissement sur le nouveau coronavirus dans une station de métro à Séoul. Photo: AP /Ahn Young-joon/Keystone

Si vous avez du mal à suivre le déluge d'informations sur la flambée de pneumonies liées au nouveau virus, cette chronologie revient sur les étapes importantes de cette épidémie, qui prend sa source à Wuhan, au centre de la Chine, et menace de devenir mondiale.

7 février. Le bilan passe à 636 morts. 31’161 personnes sont désormais infectées en Chine. 41 nouveaux passagers ont été testés positifs au coronavirus à bord du bateau de croisière Diamond Princess retenu au larque de Yokohama, ce qui porte le nombre de malade à bord à 61. Parmi les 3711 passagers retenus en quarantaine se trouvent deux ressortissants suisses. L’ambassade de Suisse à Tokyo est en contact avec les deux personnes, qui vont bien. Les passagers du navire ont été placés en quarantaine pour quatorze jours, confinés dans leur cabine. Ils sont en pris en charge par les services sanitaires japonais.

| | news

Coronavirus: l'OMS annonce la tenue d'un forum mondial pour coordonner la recherche

Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'OMS. | Keystone / Jean-Christophe Bott

L’urgence coronavirus s’accentue comme le signale ce jeudi 6 février l’OMS dans sa conférence de presse devenue quotidienne. Pour faire face, l’institution convoque un forum mondial «de la recherche et de l'innovation, afin d'identifier les priorités de recherche et de coordonner l'effort de recherche international.». Il se tiendra les 11 et 12 février à Genève et est organisé en collaboration avec le Global Research Collaboration for Infectious Disease Preparedness.

| | news

Deux Suisses à bord du bateau de croisière retenu dans le port de Yokohama au Japon

Le «Diamond Princess» est bloqué dans le port de Yokohama, au Japon. | Keystone / Kyodo News via AP

Parmi les 3711 passagers retenus en quarantaine à bord du bateau de croisière Diamond Princess se trouvent bien deux ressortissants suisses. Le département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a confirmé la chose ce jeudi 6 février sur sa page internet dédiée à la crise du coronavirus, mise à jour quotidiennement. L’ambassade de Suisse à Tokyo est en contact avec les deux personnes, qui vont bien.

Une actualité vous interroge ?

Posez votre question à la rédaction de Heidi.news

| | news

Le coronavirus vu de Chine ou quand les gardiens d'immeuble prennent la température des habitants

La fièvre est l'un des symptômes du nouveau coronavirus. | Keystone

Le coronavirus vu de Chine, épisode 1. Joël Baumgartner habite en Chine depuis 11 ans, où il s'occupe de développement rural pour une ONG. Ce Suisse sinophile a quitté le pays le 31 janvier et vit depuis retiré dans le sud-est de la France, en attendant que la situation se clarifie. Il relate l'étrange atmosphère qui règne dans le pays.

Depuis plus d’un mois, le coronavirus se développe depuis la Chine, où il a fait plus de 500 morts et plus de 28’000 contaminations, au 6 février. A Wuhan et sa province, mais aussi dans d’autres régions, les Chinois s’organisent pour prévenir une contamination plus importante. Joël Baumgartner (40 ans ) vit en Chine depuis onze ans, où il s’occupe de développement rural pour l’ONG Pur Projet. Il a décidé de quitter Kunming, au sud du pays, lorsqu’il a vu les hôpitaux de sa ville se remplir.

| | interview

Trevor Bedford, l'épidémiologiste qui traque le génome du coronavirus dans le monde

Bo Jungmayer / Fred Hutch News Service, DR

Trevor Bedford travaille sur le nouveau coronavirus depuis la publication du premier génome le 10 janvier 2020. Chercheur en épidémiologie au Fred Hutch Cancer Center et à l’université de Washington (Seattle), il a lancé en 2015 Nextstrain, un projet collaboratif central pour relayer données et analyses en temps réel. Il partage avec Heidi.news sa perspective sur la propagation de l'épidémie, les évolutions possibles et les efforts de la communauté scientifique pour réagir au plus vite.

Hôpitaux construits en un temps record à Wuhan, mesures drastiques de confinement, mobilisation de tous les professionnels de santé: rien ne semble pour l’heure endiguer la propagation du virus 2019-nCoV en Chine. Mais une analyse poussée des moindres modifications du génome du virus peut, d'ores et déjà, nous en apprendre beaucoup sur la manière dont ce virus se transmet.

| | news

Les enseignements de la carte qui permet de suivre l'épidémie de coronavirus en temps réel

Le tableau de bord (ci-dessus) actualisé en continu par des chercheurs de l’Université John Hopkins, à Baltimore (Etats-Unis), est apparu sur internet le 20 janvier. Soit près de trois semaines après l’annonce par le gouvernement chinois de l’apparition du foyer épidémique à Wuhan, le 31 décembre. Depuis, cette carte permettant de suivre le nombre de cas déclarés et le nombre de décès est relayée dans le monde entier. Mais que retenir des données chiffrées qui s’y trouvent? Et surtout quels enseignements peut-on en tirer?