Réservé aux abonnés

La start-up suisse qui fait parler les plantes grâce à leur activité électrique

Plants de tomates branchés à un boîtier PhytlSigns dans les locaux de la start-up Vivent à Gland, le 16 décembre 2021. | Heidi.news / NS

Sous une lumière violacée digne d’un film de Gaspar Noé, trois petits plants de tomates sont installés dans un caisson aux parois métalliques. Chacun est branché par le biais de deux câbles bleus à un boîtier gris, gros comme une brique. Celui-ci mesure l’activité électrique de chaque plante. L’installation au sein des locaux de Vivent, à Gland (VD), est sommaire. On en est même surpris: cette simplicité contraste avec les ambitions de la start-up suisse, qui commence à se faire une place dans le monde des innovations agricoles. Heidi.news leur a rendu visite.

Pourquoi on y est allé. La start-up est l’une des rares entreprises au monde à avoir développé un système combinant la détection de l’électrophysiologie végétale à son analyse par intelligence artificielle, appelé PhytlSigns.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter