L’Allemagne envisage le prolongement de ses centrales nucléaires

La centrale nucléaire Isar en Bavière est prévue fermer définitivement fin 2022./Preussen Elektra

Conséquence de la guerre en Ukraine et des doutes sur la fiabilité de son approvisionnement en gaz russe, le gouvernement allemand pourrait prolonger certaines centrales nucléaires au-delà du 31 décembre 2022, date retenue pour la sortie complète du pays de cette énergie. Répondant à une question à la télévision, le ministre de l'économie et du climat, également vice-chancelier, Robert Habeck (Les Verts), a confirmé que cette option était examinée, lit-on sur Euractiv. Elle impliquerait toutefois un changement de la loi sur le nucléaire. Sans quoi les opérateurs des trois derniers réacteurs allemands en fonction refuseront de prendre le risque d’investissements dans des travaux de prolongement.

Pourquoi c’est cornélien. En indiquant que «la question du prolongement du nucléaire est pertinente» et qu’il n’aurait «pas une attitude idéologique sur ce sujet», Robert Habeck tranche avec la position traditionnelle de son parti. Le chancelier Olaf Scholz a indiqué que le pays allait d’abord renforcer ses capacités d’importations de gaz liquéfié depuis les Etats-Unis et le Qatar. Mais l’Allemagne, qui fait face à un goulot d’étranglement par manque de lignes pour transporter le courant éolien produit au Nord mais consommé au Sud, est confronté au risque de pénuries d’électricité dès l’hiver prochain. Reste à savoir s’il n’est pas déjà trop tard pour prolonger ces centrales nucléaires et s’il ne sera pas plus simple — à défaut d’être vertueux — de retarder la sortie du charbon prévue pour 2035.

link

A lire sur Euractiv (EN)