Réservé aux abonnés

Israël entrouvre la porte de son secteur high-tech aux Palestiniens

Les informaticiens palestiniens vont rejoindre leurs 150'000 compatriotes qui travaillent en Israël. | Keystone / Oded Balilty

Depuis deux semaines, les entreprises du secteur high-tech en Israël peuvent obtenir des permis de travail pour leurs employés Palestiniens de Cisjordanie. Les autorisations seront distribuées au compte-goutte (entre 100 et 200 par an) sur une période de trois ans, dans l’espoir ensuite d’augmenter le quota.

Pourquoi on en parle. La tech, qui représente près de 50% des exportations israéliennes et bat des records d’investissement tous les ans, manque de main d’œuvre: on parle de près de 15’000 emplois non-pourvus. De l’autre côté du mur de séparation, des centaines de diplômés en informatique se retrouvent au chômage, parce que le secteur palestinien est sous-développé. Pour le gouvernement et les entreprises israéliennes, cela semble donc gagnant-gagnant.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter