Réservé aux abonnés

Des puces pour miner des bitcoins «verts»

Bitfury utilisent ces puces de minage basse consommation dans des fermes de minage utilisant les énergies renouvelables comme au Texas. | Bitfury

Intel a annoncé fin février le lancement prochain d’une puce Bonanza Mine destiné à rendre le minage de cryptomonnaies moins énergivore. L’entreprise annonce des performances énergétiques 1000 fois supérieures à celles des puces graphiques (GPU) encore souvent utilisées. Mais Intel entre dans un secteur où la concurrence s’est intensifiée à la suite de l’interdiction de fournir du courant aux mineurs chinois qui concentraient 65% de cette activité. L’électricité étant plus cher sous d’autres latitudes, l’intérêt pour les puces de minage comme celles du néerlandais Bitfury explose tant pour des questions de rentabilité que de durabilité.

Pourquoi c’est important. L’empreinte carbone du minage des cryptomonnaies est une question disputée avec des estimations allant pour Bitcoin de 31 térawattheure par an (la moitié de la consommation électrique de la Suisse) à 188 TWh selon le Bitcoin Mining Council. En ce qui concerne les émissions de gaz à effet de serre, tout dépend bien sûr de l’origine fossile ou non de l’électricité utilisée. Si la part de l’électricité renouvelable est croissante dans le minage, le développement de puces dédiées annonce des progrès gigantesques dans ce domaine. Curieusement, il n’y a pas de projet dans ce domaine en Suisse alors que le pays et en particulier Neuchâtel est spécialisé dans les puces basse tension.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter