Réservé aux abonnés

La pandémie fait exploser la contrefaçon de médicaments

En juin, Interpol a saisi plus de 4 millions de faux tests Covid-19/Interpol

Alliance d’organisations de patients, de soignants, d’industriels et d’académiques, l’ONG genevoise Fight the fakes lance cette semaine sa quatrième campagne de mobilisation contre les faux médicaments. L’OMS estime que jusqu'à 1% des médicaments disponibles dans les pays à revenu élevé sont susceptibles d'être contrefaits, mais ce chiffre atteint 10% au niveau mondial. La pandémie Covid-19, avec son lot d’inégalités dans l’accès aux vaccins, aux thérapies et aux équipements comme les masques, a accéléré ce phénomène.

Pourquoi c’est vital. Un médicament sur dix vendus dans les pays à faible revenu est donc faux et est la cause directe ou indirecte d’un million de décès par an, toujours selon l’OMS. Les organisations criminelles qui produisent de faux produits médicaux ont capitalisé sur les inégalités d’accès. Interpol a multiplié les saisies de pharmacies en ligne. La contrefaçon d’antibiotiques ou d’anti malariens a aussi augmenté dans les pays à faible revenus.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter