Réservé aux abonnés

Avec un tiers des emplois subventionnés, la facture inédite du chômage partiel

En un mois de crise lié au Covid-19, le chômage partiel atteint un niveau sans précédent depuis son introduction. Au 15 avril, le Secrétariat à l’économie (Seco) totalisait des demandes émanant de 164’000 entreprises suisses et concernant 1,7 million de travailleurs, soit un tiers de la population active du pays. Quoique de façon différenciée, tous les secteurs économique sont touchés (graphique). La fin du mois de janvier, où seuls 3717 de salariés étaient au bénéfice d’une réduction de l’horaire de travail (RHT), paraît bien loin.

Pourquoi c’est inédit. En mai 2009, au plus fort de la crise financière, moins de 5000 entreprises employant 92’000 personnes avaient eu recours à cet instrument de la loi sur l’assurance-chômage (LACI). Ce mois-là, la facture à la charge du fonds de compensation s’était élevée à 122 millions de francs. Sur la même base, une règle de trois permet de calculer grossièrement que les fonds déboursés chaque mois avoisinent 2,3 milliards de francs. Le montant est en réalité probablement supérieur, car l’arrêt de l’économie est plus massif qu’en 2009.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter