| | News

VIDÉO - La découverte des dinosaures expliquée par Game of Thrones 

Les dinosaures ont peuplé la planète il y a entre 240 millions et 65 millions d’années, époque à laquelle ils ont disparu de la surface du globe, suite à des éruptions volcaniques massives et la chute d’un astéroïde de 10km de diamètre. Mais puisqu’ils ont disparu il y a si longtemps, bien avant que l’espèce humaine n’apparaisse, comment et quand les a-t-on découverts? Nous vous l’expliquons avec les dragons de Game of Thrones dans cet épisode de PopScience (voir la vidéo ci-dessus).

Cela remonte sans doute à plusieurs millénaires. En Chine, vers 200 après J-C, on ramassait déjà, si l’on en croit les historiens de l’époque, des ossements étranges et démesurés que l’on attribuait alors à des… dragons!

Bien sûr on ne domptait pas les dragons comme le font les Targaryens, mais durant des siècles, ces ossements de dragons étaient considérés comme bienfaisants, ils étaient de ce fait utilisés en médecine traditionnelle.

D’ailleurs, la découverte d’ossements de dinosaures a probablement contribué à inspirer la légende du terrifiant dragon, que seul le preux chevalier est en mesure de terrasser… Ou pas.

En Europe, ces ossements étranges étaient plutôt attribués à des Titans et autres géants  bibliques. Dans tous les cas, on invoquait le mythe, le surnaturel.

Les premières descriptions scientifiques de ces créatures hors norme semblent remonter au tout début du 19ème siècle, mais à l’époque, on ne les appelle pas encore dinosaures:

  • En 1822, le géologue anglais Gideon Mantell emploie le terme iguanodon pour désigner ce qui, selon lui, ressemble à un gros iguane.

  • Tandis que William Buckland, de l’université d’Oxford baptise les fossiles qu’il étudie des megalosaurus, des mots grecs mégalo «grand» et sauros «lézard».

  • C’est le paléontologue Richard Owen qui invente le terme de dinosaure en 1842 pour regrouper les iguanodon et les mégalosaures. Ce terme Dinosaure est lui aussi formé à partir de deux mots grecs: Deinos, «terriblement grand», et sauros «lézard». Des lézards terriblement grands donc.

Une fois que les dinosaures deviennent des objets scientifiques à part entière, une véritable guerre des os s’enclenche aux Etats-Unis au milieu du 19ème siècle, surtout entre deux paléontologues américains: Edward Cope et Charles Marsh.

Autrefois amis, les deux hommes se livrent une bataille sans merci. C’est à qui identifiera le plus d’espèces, à qui découvrira le spécimen le plus gigantesque, ou le plus étrange.

Allosaurus, Diplodocus, Triceratops, à l’issue de la guerre des os, des dizaines d’espèces de dinosaures sont mises à jour. Ce n’est alors que le début d’une quête, menée partout sur la planète pour les restes de dinosaures.

A l'amorce du siècle suivant, des dizaines de nouvelles espèces sont épinglées, dont les terrifiants Tyrannosaurus Rex et les Vélociraptors. La science des dinosaures est en pleine  effervescence.

Au fil des années, les paléontologues ont déterré tant d’ossements partout dans le monde qu’ils ont aujourd'hui une bonne idée de la morphologie et les aptitudes dont les différentes espèces de dinosaures étaient dotées.

Par exemple, grâce à la cinquantaine de spécimens fossiles de Tyrannosaures Rex découverts, nous savons aujourd’hui que ce dinosaure ne crachait certes pas du feu mais qu'il était quand même le plus terrible prédateur que la Terre ait jamais connu.

Il mesurait plus de 13m de long, pesait jusqu’à 8 tonnes, arborait un crâne massif, une queue puissante, des bras atrophié terminés par deux doigts griffus.

Les paléontologues commencent même à ausculter les entrailles des dinosaures. En 1998, en Italie,  des chercheurs découvrent pour la première fois un fossile non plus d’os, mais de tissus mous.

Appartenant à un coelurosaure, l’échantillon contient des morceaux d’intestins, de foie, de muscles. Une mine d’informations scientifiques inédite.

Depuis, d’autres restes de tissus mous de dinosaures ont été découverts, dont des cellules sanguines et du collagène. Des équipes clament d’ailleurs avoir extrait de ces tissus mous de l’ADN.

Mais leur découverte n’a pas été confirmée. L’ensemble de la communauté scientifique juge quasiment impossible de faire revivre des dinosaures à partir de minuscules fragments d’ADN.

Bon, mais on n’est pas à l’abri de surprises… Aujourd’hui, les scientifiques ont décrit environ 700 espèces de dinosaures et ils estiment qu’il y en a encore deux fois plus à découvrir. Ça en fait des fossiles et des cellules d’ADN de dino qui se cachent actuellement sous la Terre…

Correctif : Le terme reptile est de plus en plus remis en question pour classifier les dinosaures, mais, contrairement à ce que l'on dit dans notre vidéo, il est encore officiellement utilisé. 

Pour aller plus loin:

Un article sur la "guerre des os" sur le site de la BBC:

http://www.bbc.com/earth/story/20150603-the-land-that-gave-us-dinosaurs

Une vidéo National Geographic sur l'évolution des dinosaures:

https://m.youtube.com/watch?v=omTo82TCN2Q

La page du Muséum National d'Histoire Naturelle dédiée à la découverte des dinosaures:

https://www.mnhn.fr/fr/explorez/dossiers/voyage-temps-dinosaures/decouverte-dinosaures

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!

Lire aussi