Réservé aux abonnés

Ukraine: la centrale de Zaporijia au cœur de tous les dangers

Kiev et Moscou s'accusent mutuellement de tirs à proximité immédiate de la centrale nucléaire de Zaporijia. | Keystone-EPA / Russian Emergencies Ministry

La situation reste extrêmement tendue et confuse, voire dangereuse, aux abords de la centrale nucléaire de Zaporijia située dans le sud-est de l’Ukraine, à la limite des zones de combats entre forces russes et ukrainiennes. Elle est, rappelons-le, considérée comme la plus grande d’Europe. Kiev et Moscou se sont à nouveau renvoyé samedi 13 août des accusations de tirs sur la centrale, occupée par la Russie, mais toujours opérée par du personnel ukrainien. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a prévenu que son armée riposterait contre les troupes russes ciblant la centrale nucléaire de Zaporijia ou effectuant des frappes à partir de son territoire.

Pourquoi on en parle. L’évolution de la situation lors de la semaine du 15 août sera au cœur des discussions politiques et stratégiques internationales, de même que les enjeux liés à l’approvisionnement énergétique de l’Europe cet hiver. Kiev accuse la Russie de vouloir raccorder la centrale de Zaporijia au réseau électrique de la Crimée, annexée par Moscou en 2014. Dans l’éventualité d’un tel scénario, les autorités ukrainiennes n’ont pas exclu de s’en prendre à ces nouvelles lignes haute tension, en procédant s’il le faut à des frappes militaires.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter