| | Radar

Trois professeures en médecine dénoncent le cyberharcèlement des femmes scientifiques

La professeure Alexandra Calmy, infectiologue aux Hôpitaux universitaires de Genève. | (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

La tribune, publiée dans la prestigieuse revue médicale The Lancet, s’intitule «Le cyberharcèlement des femmes scientifiques ne sera pas la nouvelle norme». Elle est signée par Caroline Samer, pharmacologue clinique aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), Alexandra Calmy, infectiologue aux HUG, et Karine Lacombe, infectiologue à l’hôpital Saint-Antoine à Paris. Les trois professeures en médecine dénoncent avoir été victimes sur les réseaux sociaux «de menaces de toutes sortes, dont des déclarations diffamatoires violentes, de harcèlement et d’attaques misogynes».

Pourquoi c’est inquiétant. Les trois médecins, qui expliquent leur démarche dans une longue interview au quotidien français Libération, apportent leur soutien à leurs collègues, hommes et femmes, attaqués pour leurs interventions publiques dans les médias afin d’expliquer de manière rationnelle l’état des connaissances sur l’efficacité et la sécurité de l’hydroxychloroquine dans le cadre de la pandémie de Covid-19. Mais elles s’inquiètent du fait que les femmes soient «davantage visées par le cyberharcèlement avec le but de dénigrer leur intégrité et leurs compétences scientifiques». «Les commentaires sont souvent dirigés contre leurs caractéristiques physiques ou avec l’objectif de les juger ou de leur faire du mal», ajoutent-elles.

link

Lire la tribune dans The Lancet

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi