Spin-off de la CIA, Palantir veut prendre le marché de la surveillance épidémique en Europe

Le CEO de Palantir Alexander Karp (à g.) a rencontré le conseiller fédéral Alain Berset lors du sommet de Davos en 2018. | Keystone / Peter Klaunzer

L'entreprise américaine d'analyse de données Palantir Technologies serait en pourparlers pour fournir ses logiciels de surveillance sanitaire aux gouvernements de toute l'Europe, Suisse incluse, afin de lutter contre la propagation de Covid-19 et de rendre plus efficaces les systèmes de santé, révèle une enquête de l’agence Bloomberg citant une source anonyme. En Suisse Palantir a fait une offre à l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). L’entreprise est déjà sous contrat avec le NHS britannique.

Pourquoi c’est préoccupant. Palantir Technologies développe des logiciels destinés à analyser des données de milliers de sources différentes, dans le domaine de la surveillance anti-terroriste, fiscale ou sanitaire. De quoi faciliter le suivi de l’épidémie et notamment prévoir – c’est ce que promet l’entreprise – des scénarios de sortie de confinement. Mais proche des services de renseignement américains et financée par le fonds de capital-risque de la CIA (In-Q-Tel), Palantir ne publie pas ses codes et est soumise au Cloud Act qui, depuis 2018, force les entreprises américaines à fournir leurs données au gouvernement s’il les demande.

link

A lire sur Bloomberg (EN)