| | radar

Sarah Amiri, nouveau visage de l’exploration spatiale émiratie

Sarah Amiri en 2019 | Sikarin Fon Thanachaiary/Creative Commons

À seulement 33 ans, Sarah Amiri dirige la mission spatiale martienne des Émirats arabes unis (EAU). La sonde Al-Amal («espoir», en arabe) décollera prochainement du Japon pour étudier l’atmosphère et le climat de la planète rouge. La scientifique s’était déjà fait connaître pour ses travaux sur mars au centre spatial de Dubai, et était devenue ministre des sciences avancées en 2017, avant de prendre la tête de l’agence spatiale des EAU, qu’elle dirige toujours aujourd’hui, raconte le New York Times.

Pourquoi on en parle. La jeune et brillante chercheuse incarne le renouveau de la politique spatiale des émirats. A travers cette mission, le pays entend s’imposer dans la recherche spatiale internationale et inspirer toute une génération vers les métiers scientifiques et technologique. Initialement prévu le 14, puis le 16 juillet, le lancement a été reporté en raison de conditions météorologiques défavorables. La nouvelle date de lancement n’est pas encore connue.

link

A lire sur le New York Times

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi