Pourquoi certains volcans continuent d'échapper à toute surveillance

Dans de rares cas, les éruptions échappent à toute évacuation. Illustration Fagradalsfjall, Island, 3 août 2022. KEYSTONE/AP/MARCO DI MARCO

Peut-on prévoir toutes les éruptions volcaniques ? Des éruptions échappent toujours aux prévisions. Explications.

Mauna Loa, Sakurajima, La Palma… Les éruptions volcaniques sont quasiment toujours précédées de signes avant-coureurs. Steve Sparks a appris à reconnaitre ces indices, même les plus subtiles. Le volcanologue, professeur émérite à l’Université de Bristol fait partie des experts les plus reconnus sur la question. Et pourtant: certains phénomènes lui échappent, même à lui.

Orateur au 20e colloque Wright ce mardi à Genève, il évoque sur scène l’étendue des connaissances des scientifiques en matière de prévisions volcaniques. Tout en concédant:

«Ce serait vraiment très bien si nous pouvions prévoir toutes les éruptions, mais il s’agit d’une tâche très complexe.»

Comprendre: une partie de l’activité volcanique et de ses conséquences échappent encore aux efforts de prévention.

Lire aussi: l'éruption de janvier était la plus puissante jamais observée depuis 1883

Des signes avant-coureurs. À mesure que le magma s’accumule dans la chambre magmatique et que la pression augmente, des petits tremblements de terre peuvent se produisent à l’avance, des gaz s’échappent via les interstices de la roche, la surface se déforme un peu, et il fait plus chaud à certains endroits.

Ces signaux se révèlent à qui sait les voir, détaille le scientifique, si on sait les mesurer:

«On peut se baser sur les séismes pour savoir de manière assez sophistiquée ce qu’il se passe au milieu d’un volcan. C’est une façon de surveiller les volcans très efficace, il s’en produit avant et pendant les éruptions. Lorsqu’il y en a beaucoup, à une profondeur donnée, on peut affirmer que cet endroit est la source d’un volcan. On peut également mesurer la déformation de la croute terrestre avec des lasers: la terre gonfle avant et durant les éruptions.»

Pour capter ces signaux d’alerte, même les plus faibles, et pouvoir évacuer à temps les populations, les chercheurs ont progressivement bardé d’instruments de nombreux volcans actifs partout dans le monde.

Des sismographes pour mesurer l’intensité des séismes, des GPS pour constater les déformations de surface et même des genres de renifleurs de gaz. Un attirail qui fonctionne… la plupart du temps,

Car tout n’est pas mesurable. Des exemples historiques démontrent que des éruptions mal gérées, ou mal prévues, peuvent s’avérer catastrophiques. Steve Sparks prend d’abord un exemple très politique. L’éruption de la montagne Pelée, en 1902 en Martinique, où les responsables locaux ont préféré maintenir les élections, plutôt que d’évacuer. Bilan: 29’000 morts.

Voir aussi: Les bases du volcanisme, en vidéo

Une catastrophe peut en cacher une autre. D’autres fois, ce sont les réactions en chaîne des volcans qui nous jouent des tours. Almero, en Colombie, en 1985, a fait 23’000 victimes… par noyade. D’ordinaire, les stratégies de prévention se basent sur le risque provoqué par la chaleur de la lave et sa force motrice. Ici, pas d’avalanche, mais une crue massive. Le volcan était recouvert d’une calotte glaciaire, que la lave a fait fondre, entrainant des inondations massives.

Le coût de la surveillance. Enfin, certains volcans ne se prêtent tout simplement pas à la surveillance. Les bords du Hunga Tonga Hunga Ha’apei, aux iles Tonga, sont faits de cendres agglomérées qui sont attaquées par les vagues, et transmettent mal les vibrations. La pose de sismographe est périlleuse.

«Des forages sous-marins sont possibles, mais cela coûte cher, et il est difficile d’équiper tout un archipel volcanique», expliquait à Heidi.news Sébastien Pilet, professeur à l’Université de Lausanne (UNIL) à la faculté des géosciences et de l’environnement, lors d’une récente éruption, en janvier 2022.

Lire aussi: Pourquoi l'éruption aux îles Tonga a été si violente

En partenariat avec le Colloque Wright 2022 «Les Cinq Eléments».