| | news

Le créateur de l'IA qui prédit l'orientation sexuelle s'explique sur la fin de la vie privée

Image d'illustration | Ars Electronica

Heidi.news est partenaire des Applied Machine Learning Days (AMLD), et déplace jusqu'au mercredi 29 janvier sa rédaction à l'EPF de Lausanne, sur le site de l'événement.

L’ère des réseaux sociaux et du microciblage sur internet marque-t-elle la fin de la vie privée? Oui, avance Michal Kosinski, professeur de l’Université de Stanford. Formé en psychologie à Cambridge, et plus particulièrement en psychométrie, il est de ceux qui très tôt ont perçu la valeur prédictive, en termes de profilage individuel, des traces que chacun laisse sur internet, avant Cambridge Analytica. Son approche: il défend des publications audacieuses (voire provocantes) comme une façon d’alerter le public, tout en assumant une posture résolument optimiste envers la technologie. Heidi.news l’a rencontré à l’occasion des Applied Machine Learning Days, à Lausanne.

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner

Recevez chaque jour des actualités thématiques en vous inscrivant à nos newsletters gratuites.

La newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi