Pour la première fois depuis 150 ans, un loup observé à Genève

Un loup dans un parc animalier (image d'illustration) | FABRICE COFFRINI/KEYSTONE

C’est la première observation officielle depuis 150 ans. Un loup a été vu dans le canton de Genève dans la nuit du 7 au 8 janvier grâce à un piège photographique, a annoncé le Département du territoire. Sur la séquence filmée— reproduite ci-dessous — on distingue un canidé dont la gorge blanche et l’encolure sont caractéristiques du loup.

Pourquoi c’est intéressant. A ce stade, difficile de savoir si le séjour de l’animal s’est prolongé, ou s’il n’était que de passage. La présence du loup dans ce canton caractérisé par une grande agglomération n’est toutefois pas une surprise, car il s’agit là d’un de ses anciens territoires. Il a été observé aussi bien dans le Jura vaudois que dans les Alpes et le Chablais savoyard. C’est cette petite population, recensée jusqu’au pied des Voirons, qui pourrait avoir donné lieu à cette observation dans un espace naturel au Sud-Est du canton.

Une bonne nouvelle pour la biodiversité. Même si à ce stade, cette seule observation ne signifie pas l'installation du loup à Genève, elle témoigne de la valeur de la biodiversité locale. Elle survient au moment où les loups élargissent leurs territoires d'exploration. Or, l’espèce joue un rôle précieux pour la santé des écosystèmes en régulant les grands ongulés. Dans ce domaine, le canton pourrait tirer parti de l'action de cet animal car le chevreuil, le sanglier et, plus récemment, le cerf, y sont désormais bien représentés.

Cela témoigne aussi de l’efficacité de l’engagement du canton pour revitaliser les corridors biologiques – ces voies permettant le déplacement de la faune. Cette situation favorable vaut au canton d'être parfois visité par le lynx, d'avoir hébergé l'un des premiers chacals de Suisse et a aussi permis le retour durable du chat sylvestre dans notre région, ou encore de la genette. Aujourd'hui, le loup s'ajoute à cette liste d'espèces que, jusqu'à il n'y pas si longtemps, bien peu auraient imaginé pouvoir observer à Genève.

A titre de précaution, les éleveurs de la région, peu nombreux, ont été informés sans délai. Des mesures de sécurisation du bétail vont être mises en œuvre sur le terrain avec l'aide des autorités.