| | Radar

Ne l'appelez plus «variant anglais»: le casse-tête des chercheurs pour nommer les variants

Image d'illustration. | Pixabay

Quels noms utiliser pour identifier les différents variants du Sars-CoV-2 qui circulent actuellement dans le monde? La nomenclature actuelle pose problème, reconnaissent les chercheurs. L’OMS a commencé à se pencher sur la question, à l’occasion d’une réunion le 12 janvier. Nature explicite la situation. Les intitulés de ces variants viraux sont sibyllins: B.1.1.7 (détecté pour la première fois en Angleterre), 501Y.V2 (en Afrique du Sud)… Le problème est un certain manque de cohérence: s’il respectait la même nomenclature que B.1.1.7, 501Y.V2 pourrait par exemple être nommé B.1.351

Pourquoi c’est un problème. Les chercheurs déplorent le fait que les médias aient recours à des termes comme «variant anglais» ou «variant sud-africain». Ce que nous avons aussi fait chez Heidi.news, mais il est probable que nos articles aient plus difficilement trouvé leur lectorat si nous avions utilisé la nomenclature officielle dans nos titres. Les chercheurs soulèvent le risque de tensions géopolitiques, d’autant plus que le pays où un variant a été détecté pour la première fois n’est pas forcément celui où il est apparu.

link

A lire sur Nature (EN)

newsletter_point-du-jour

Recevez chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

Lire aussi