Sauver une île indienne, mode d'emploi

L'île de Vann, entre l'Inde et le Sri Lanka. Photo: SDMRI

L'île de Vann, une petite bande de terre entre l'Inde et le Sri Lanka, a subi de plein fouet les effets du réchauffement climatique. Entre 1973 et 2015, elle a perdu 84% de sa superficie pour atteindre à peine plus de 2,3 hectares. L'exploitation minière autour de l'île a également accéléré son érosion.

Pourquoi c’est important. Près de 150'000 pêcheurs dépendent de la réserve marine pour leur subsistance. Située à une demi-heure de bateau du continent et facilement accessible aux 47 villages de ce littoral très peuplé, Vaan a toujours été un refuge contre les tempêtes pour les pêcheurs et un point névralgique pour les chercheurs.

Pour sauver l’île, des scientifiques et le gouvernement de l'Etat du Tamil Nadu, dans le sud de l'Inde, ont installé des modules artificiels sous l’eau dans les parties les plus endommagées par l'érosion.

Herbes marines. Ils ont aussi tenté de planter des herbes marines. Souvent confondues avec les algues, les herbes marines poussent sous l'eau et possèdent des racines, des tiges et des feuilles bien définies. Elles produisent des fleurs, des fruits et des graines, et jouent un rôle essentiel dans le maintien de l'écosystème marin. Cela a échoué plusieurs fois: il a fallu se résoudre à transplanter des herbes marines d’une partie de l’île vers l’autre. Cela a permis d'attirer des coraux et d'autres espèces. Proche de la disparition, l'île a été sauvée.

link

The Better India