| | radar

Menace de surpêche chinoise au large de l'archipel des Galápagos

Le ministre de la défense équatorien Oswaldo Jarrin menace de saisir des navires étrangers dans les eaux équatoriennes alors qu'une flotte de pêche chinoise se trouve près des îles Galapagos./Keystone/José Jà¡come

La faune de l’archipel des Galápagos, au large de l’Équateur, n’a pas qu’inspiré la théorie de l’évolution à Charles Darwin. Ses eaux sont parmi les plus poissonneuses du monde. Elles attirent régulièrement des flottes de bateaux de pêche chinois. Cette fois, le gouvernement équatorien s’alarme de l’arrivée d’une armada de 260 navires battant pavillon chinois dans les eaux internationales à proximité des Galápagos, explique The Guardian. Ces navires se tiennent juste à côté d’une zone réservée aux espèces protégées.

Pourquoi c’est nuisible. Les pêcheurs chinois prennent 17 millions de tonnes de poissons par an (20% des prises mondiales). La flotte chinoise compte 300’000 bateaux de pêche, dont 2000 qui pêchent dans les eaux internationales de plus de 100 pays, souvent sans respecter les espèces protégées comme l’avait montré l’arraisonnement d’un navire par la marine équatorienne en 2017. Les flottes chinoises ne se contentent pas de quelques chalutiers mais incluent des navires usines qui traitent jusqu’à la mise en boîte. Selon la FAO, les deux tiers des espèces de poissons dans le monde sont déjà exploitées au maximum. Un tiers est en situation de surpêche, les stocks ne se reconstituant plus.

link

Lire l’article de The Guardian

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi