| | Interview

Martine Rebetez: «Il n’est pas nécessaire d’avoir une empreinte carbone élevée pour être heureux»

JM Boerlin

A chaque semaine ses mauvaises nouvelles sur le front du climat: les forêts brûlent, les émissions de gaz à effet de serre continuent d'augmenter... Comment garder confiance en notre capacité à enfin infléchir la donne? Nous avons demandé à plusieurs personnalités leurs raisons d'espérer pour le climat.

Quelles raisons de continuer à espérer pour le climat? Nous avons échangé avec Martine Rebetez, professeure de climatologie à l’Université de Neuchâtel et à l’Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL).

La climatologue, également experte pour le Groupe intergouvernemental d’experts sur le climat (GIEC), livre une analyse scientifique, mais également sociale du moment présent, qui pourrait bientôt marquer un point de bascule dans l’engagement de l’opinion publique.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi