| | interview

Marcel Salathé: «SwissCovid devrait être l'application la plus ennuyeuse qui soit»

Marcel Salathé, spécialiste de l'épidémiologie numérique, est professeur associé à l'EPFL et membre de la task force scientifique consacrée au Covid-19. | JEAN-CHRISTOPHE BOTT / Keystone

Marcel Salathé, professeur en épidémiologie digitale à l’EPFL, a un parcours pour le moins iconoclaste. Touche-à-tout, le Bâlois a d’abord étudié la biologie, appris à coder en autodidacte, lancé plusieurs sites internet à la fin des années 1990, et même joué dans un groupe de rock en ouverture de Lenny Kravitz. Désormais membre de la task force scientifique mise sur pied en mars par la Confédération pour faire face à la crise du coronavirus, il a accordé un entretien à Heidi.news.

Heidi.news — Vous êtes l’un des initiateurs du projet DP3T, à l’origine de l’app de contact tracing numérique SwissCovid. L’app a finalement été lancée le 25 juin, mais dans les sondages, le nombre de personnes se disant prêtes à l’installer a baissé depuis avril. Peut-on dire que le plus dur a été fait? Ou entame-t-on désormais une course de fond: convaincre les utilisateurs d’installer et de laisser active l’application?

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner

Recevez chaque jour des actualités thématiques en vous inscrivant à nos newsletters gratuites.

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi