| | news

Les universités suisses n’auront plus accès aux revues de Springer Nature dès janvier 2020

Une bibliothèque de l'Université de Berne. | Peter Klaunzer / Keystone

Les universités suisses n’ont pas réussi à s’entendre avec l’éditeur scientifique Springer Nature. Les deux parties ont quitté sans accord pour 2020 la table des négociations qu’elles menaient sur leurs contrats depuis bientôt deux ans. Résultat: les institutions de recherche helvétiques n’auront plus accès aux plus de 3000 revues de l’éditeur, dont les très prestigieux journaux Nature, à partir du 1er janvier.

Pourquoi c’est important. Les institutions suisses dépensent plus de 70 millions de francs par an pour accéder aux articles publiés dans les revues scientifiques, des sommes en constante augmentation. Mais la mainmise des éditeurs sur la diffusion de travaux de recherche est toujours plus contestée. Des négociations ont lieu entre un consortium qui regroupe universités, bibliothèques et chercheurs et les trois principaux éditeurs, Elsevier, Wiley et Springer Nature. Elles font partie de la stratégie nationale sur l’open access, qui a pour objectif la diffusion en libre accès de toutes les publications académiques financées par de l’argent public d’ici à 2024.

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner

Recevez chaque jour des actualités thématiques en vous inscrivant à nos newsletters gratuites.

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi