| | News

Les start-up suisses entre manque de fonds et opportunités face à l'épidémie

Président du principal club d’investisseurs dans les start-up suisses du numérique, Thomas Dübendorfer a été testé positif au Covid-19. SICTIC

Cet article est extrait de notre toute nouvelle newsletter quotidienne «Le Point Coronavirus: Sortir de la crise».

Alors que la Confédération inaugure cette semaine son dispositif de soutien aux start-up, Thomas Dübendorfer, l’un des meilleurs connaisseurs de ce secteur en Suisse nous explique comment la crise impacte financièrement les jeunes pousses. Mais aussi comment elles peuvent rebondir sur les nouveaux besoins numériques du reste de l’économie.

Jusqu’à l’hiver dernier, Thomas Dübendorfer pouvait se sentir un peu invincible. Le Swiss ICT Investor Club (SICTIC) qu’il a créé avec cinq business angels fin 2014 a surfé sur la montée en puissance des start-up suisses du numérique. Elles n’ont jamais autant levé de fonds que l’an dernier. Ces dernières années, les 330 «business angels» de ce club ont participé à des success stories comme GetYourGuide, Contovista, Carbon Delta ou Frontify. Organisateur d’une quinzaine d’événements au cours desquels des start-up de toute la Suisse se présentent à entre 60 et 200 investisseurs, ce club a permis l’an dernier à une cinquantaine d’entre elles, dont un tiers de romandes, de financer leurs démarrages.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!

Lire aussi