| | Radar

Les pneus de voiture à l'origine de la plupart des microplastiques retrouvés dans les océans

Image d'illustration | Creative Commons/Pixabay

L’abrasion des pneus des voitures, phénomène amplifié par les coups de frein réguliers, est la principale source des microplastiques transportés par les vents que l’on retrouve ensuite dans les océans. Des travaux publiés dans la revue Nature Communications, repris par le Guardian, chiffrent pour la première fois cette contribution à 200’000 tonnes de microplastiques par an. Cette pollution aéroportée serait même prédominante sur celle charriée par les cours d’eau.

Pourquoi c’est grave. Nul environnement, fut-il extrême au sommet des glaciers ou aux confins de l’Arctique, n’est désormais épargné par les microplastiques. Or, ces substances, dont l’effet sur la santé humaine est encore mal connu, sont nocives pour de nombreuses espèces marines. Le chercheur Andreas Stohl, principal instigateur de l’étude, craint que la situation ne s’aggrave encore avec l’augmentation du nombre de véhicules électriques. «Les voitures électriques sont habituellement plus lourdes que celles dotées de moteurs à combustion interne, ce qui signifie encore plus de contraintes sur les freins et les pneus», avertit-il dans les lignes du Guardian.

link

A lire sur le Guardian

newsletter_point-du-jour

Recevez chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

Lire aussi