Réservé aux abonnés

Des restes européens d'Homo sapiens interrogent les capacités de Néandertal

Crânes néandertalien et d'homme moderne | Mike Baxter/Musée d'Histoire Naturelle de Cleveland CC BY-SA 2.0

Homo sapiens serait arrivé en Europe depuis au moins 45’000 ans. Ces résultats, obtenus grâce à la datation de restes archéologiques et à l’analyse génétique de dépouilles humaines, découverts dans les années 1970 dans une grotte bulgare, mettent fin à un long débat sur qui, de Néandertal ou de l’homme moderne, avait réalisé les outils et bijoux associés à ce site.

Pourquoi c’est intéressant. La grotte de Bacho Kiro, en Bulgarie, est connu pour sa succession de couches archéologiques documentant la transition entre Paléolithique moyen et Paléolithique supérieur. Les artefacts retrouvés dans l’une de ces couches rassemblent des caractéristiques à la fois anciennes et modernes. Ces dernières sont généralement associées avec Homo sapiens mais ce type de mélange est également connu en présence de fossiles néandertaliens sur certains sites français, plus récents de presque 10’000 ans. Une situation qui alimente le débat entre archéologues.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter