| | Radar

Les plastiques occidentaux empoisonnent la chaîne alimentaire en Indonésie

Un homme trie du plastique à Jakarta | TATAN SYUFLANA/AP/KEYSTONE

Exportés loin d’Europe et des Etats-Unis pour y être « recyclés», les déchets plastiques y sont parfois brûlés. Pire: ils se frayent alors un chemin dans la chaîne alimentaire. Du fait des fumées, des composés appelés polluants organiques persistants, parmi lesquels des dioxines, sont alors fixés dans les aliments, dont les œufs. Dans le village indonésien de Tropodo, le réseau d’ONG IPEN y a mesuré des niveaux de dioxine plus de 70 fois supérieurs aux normes européennes. En cause, les fabriques de tofu alentours, qui recourent au plastique en guise de combustible, explique la BBC.

Pourquoi c’est inquiétant. Les œufs analysés contenaient également des retardateurs de flamme et d’autres composés chimiques retrouvés dans le plastique. Si l’ingestion d’un seul œuf contaminé ne pose pas de problème sanitaire grave, l’exposition des riverains à long terme, oui. Surtout que le plastique brûlé, de mauvaise qualité, résulte surtout d’importations venues d’Europe ou des Etats-Unis. En 2018, ces dernières ont augmenté de 141%, en répercussion de la décision de la Chine de mettre un terme aux importations vers son territoire.

link

Lire l'article publié par la BBC

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi