| | radar

Les passereaux aussi aiment la nouveauté

Bruant à gorge blanche | Pixabay

La différence est subtile, juste quelques notes. Comme un guitariste qui, voulant y laisser son empreinte, change un accord ou deux dans un air populaire. Une variation qui, à son tour, se propage de musicien en musicien. C’est ce même phénomène que semble expérimenter une espèce nord-américaine de passereaux, le bruant à gorge blanche.

Pourquoi c’est étonnant. Dans l’est canadien, nous raconte le New York Times, ce petit oiseau de quelques grammes a adopté au début des années 2000 un nouvel air nuptial, chanté par les mâles pour attirer les femelles. Très proche de l’ancien chant, pour que les femelles le reconnaissent encore, la nouvelle mélodie varie sur ses dernières notes. L’Université de Colombie-Britannique du Nord a étudié le phénomène sur près de 20 ans et mis en évidence que ce nouveau chant à la mode s’était progressivement répandu d’est en ouest, jusqu’à atteindre l’autre côté du continent.

link

Ecouter le nouveau chant dans l'article du *New York Times

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi