| | radar

Les lois de la physique sont-elle compatibles avec le libre arbitre?

Pixabay / Gerd Altmann

Comment concilier un monde aux lois physiques immuables et (a priori) déterministes avec l’idée que nous décidons de nos actions en tant qu’individus pensants? Pour le site américain Aeon, le Pr George Ellis, spécialiste des systèmes complexes à l’université de Cape Town, s’attache à réfuter la vue «naïve» selon laquelle les processus biologiques sont entièrement déterminés par les lois de la physique. Les processus moléculaires qui font naître la pensée au niveau des neurones posent des contraintes en retour sur les équations de la physique quantique, de sorte que le résultat – nos actions, nos pensées, nos émotions – procède d’une interaction émergente entre les deux domaines.

Un problème vertigineux. Le libre arbitre est une des questions centrales de la philosophie. L’impression que l’on décide de ses actions est un fondamental humain et se moule aisément dans une perspective où esprit et matière sont les deux mamelles du monde. Mais les neurosciences tendent à décrire le mental selon une perspective uniquement matérialiste, non sans excellents arguments de fond. Comment un esprit d’ordre matériel, donc régi par des lois physiques, pourrait-il agir de façon causale mais indéterminée sur le monde? Ce casse-tête est l’objet de nombreux débats, et certains penseurs – comme le philosophe américain Dan Dennett – considèrent le libre arbitre comme une simple illusion.

link

A lire dans Aeon

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi