| | Interview

«2020 n'est pas une année si exceptionnelle pour les feux de forêt»

Les émissions de CO2 dans l'atmosphère par les feux de forêt diminuent, mais c'est aussi parce que la part des surface déboisées augmente. | Copernicus

En septembre 2019, les incendies en Amazonie inquiétaient le monde. Après les gigantesques feux de forêts en Australie à l’hiver 2019, la Californie vient de voir près de 500’000 hectares partir en fumée et l’Arctique l’équivalent de la surface de la Grèce. 2020, année record en termes d’incendies? Cela préfigure-t-il le futur? Heidi.news a posé ces questions à Mark Parrington, responsable scientifique et expert en feux de forêt au sein du service de surveillance de l'atmosphère Copernicus (CAMS) de l'Union européenne

Pourquoi c’est important. Les feux de forêt représentent environ 20% des émissions globales de CO2 (7,8 milliards de tonnes sur un total de 36 milliards de tonnes en 2019). Non seulement ils renforcent le changement climatique, mais ils le rendent bien visible. Le système de surveillance européen par satellite Copernicus suit depuis 2003 les émissions de particules liées aux incendies. Le point avec le responsable de ce monitoring.

_DSF3221 - copie.jpg
Mark Parrington suit kes émissions des incendies pour le système de surveillance europen de l'environnement Copernicus./Copernicus

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi