Les déplacements des Hongkongais passés à la loupe grâce à leur carte de paiement

À Hong-Kong, le 25 mars dernier. | Vincent Yu, Keystone

La carte de paiement en ligne Octopus, sésame des Hongkongais dans le métro, les commerces ou les piscines, fournit désormais des données aux chercheurs de l'université de Hong Kong, comme le détaille le site d’informations South China Morning Post.

Pourquoi c’est important. Grâce à ces données, où l’identité des personnes devrait être protégée, les chercheurs souhaitent mieux comprendre les voies de transmission du coronavirus et les mouvements de la population et ainsi renforcer les mesures destinées à endiguer l'épidémie. Samedi dernier, Hong-Kong a annoncé la fermeture des cinémas, des centres de fitness et d'autres lieux publics pendant deux semaines et a interdit les rassemblements de plus de quatre personnes dans les restaurants.

link

The South China Morning Post