| | news

Les chevreuils suisses s'adaptent mal au changement climatique

Faon de chevreuil | B. Schmidt/Pixabay

Chez les cervidés, tout le monde n'est pas à armes égales face au changement climatique. L'Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL) a publié le 29 juin une étude dans la revue Ecosphere qui révèle les difficultés du chevreuil à adapter sa période de mise bas par rapport au décalage progressif du printemps, conséquence du changement climatique. Une pression sélective à laquelle répondent mieux d’autre cervidés comme le cerf.

Pourquoi c'est inquiétant. Les chevreuils sont parmi les ongulés sauvages les plus courants de Suisse. Les naissances surviennent normalement en début de printemps, période où les femelles (chevrettes) ont à disposition une alimentation riche en nutriments qui leur permet d’allaiter leurs petits jusqu'à la première fenaison, c'est-à-dire la première coupe des foins. Or, les mises bas sont de plus en plus rares sur la période, selon le WSL, qui a suivi les naissances de près de 9000 faons sur 45 ans.

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner

Recevez chaque jour des actualités thématiques en vous inscrivant à nos newsletters gratuites.

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi