| | News

Les batteries Li-Ion rivalisent d'ingéniosité pour réduire leur teneur en cobalt

Voiture électrique (image d'illustration) | MARTIAL TREZZINI/KEYSTONE

Ordinateurs, smartphones, véhicules électriques… Les batteries Lithium-ion (Li-Ion) sont omniprésentes dans notre quotidien, ce qui ne les empêche pas d’être l’enjeu de vastes dépenses de R&D. D’après une nouvelle étude de l’Office européen des brevets (OEB) et de l’Agence internationale de l’énergie (AIE), plus de 7000 familles de brevets liées au stockage de l’électricité ont été publiées en 2018, soit sept fois plus qu’en 2000. Une majorité d’entre elles se concentrent sur la technologie Li-Ion, avec en ligne de mire la réduction du cobalt.

Pourquoi c’est important. Selon le scénario de développement durable de l’AIE, près de 10’000 GWh de batteries seront nécessaires pour assurer la transition énergétique d’ici 2040, soit 50 fois la capacité de production actuelle. Tant d’un point de vue écologique qu’économique, atteindre ce niveau de stockage passe par l’élaboration de batteries plus durables, et surtout appauvries au maximum en cobalt, qui ne peut suivre une telle production de masse.

Cet article est réservé aux abonnés.

  • Accédez en illimité à nos actualités, reportages et enquêtes.
  • Partagez des articles réservés aux abonnés avec vos proches
  • Soutenez une rédaction indépendante.
  • Rejoignez plus de 5000 lectrices et lecteurs qui croient en notre projet.
  • Bénéficiez de 30 jours d’essai gratuit et sans engagement.
S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!

Lire aussi