Réservé aux abonnés

Les barrages suisses vont-ils souffrir de la fonte des glaciers?

La fonte accélérée du glacier de l'Aletsch fait déborder la retenue du barrage de Gebidem alors que d'autres réservoirs sont quasi à sec./Valais.ch

En Valais, des barrages alimentés par la fonte des glaciers, comme celui de Gebidem, sont pleins. D’autres, comme celui de Salanfe, sont au contraire quasi à sec faute de précipitation. Alors que des pénuries d’électricité étaient déjà annoncées pour l’hiver prochain, cette situation renforce les inquiétudes exprimées récemment tant par la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga que par le directeur de la Commission fédérale de l’électricité (ElCom), Urs Meister, qui parle de deux semaines de réserves. Une préfiguration de l’avenir de ces infrastructures avec le changement climatique? Heidi.news fait le point avec le directeur général des Forces motrices valaisannes (FMV) Stéphane Maret.

Pourquoi c’est critique. Les glaciers suisses pourraient perdre jusqu’à 4% de leur masse cette année — contre 3,8% lors de l’été caniculaire de 2003. Cette fonte accélérée aboutit à un taux de remplissage élevé des barrages valaisans, principaux fournisseurs d’électricité en Suisse romande à la fin de l’hiver. Mais tous ne sont pas égaux. Le manque de précipitation depuis le début de l’année fait craindre des difficultés pour reconstituer des réserves, à moins que l’automne n’apporte des pluies abondantes. De façon générale, le bouleversement climatique invite à repenser le rôle des barrages, à l’heure de la transition énergétique.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter