| | News

Les astronomes amateurs, une aide bienvenue pour étudier les comètes... à certaines conditions

La comète Tchouri immortalisée par la mission Rosetta | ESA/Rosetta

Quel autre sujet que l’espace fait autant rêver le grand public? Les astronomes professionnels peuvent justement bénéficier de l’aide du grand public, à travers des projets collaboratifs. Ces derniers sont souvent prometteurs… mais pas toujours au point selon une étude parue dans The Planetary Science Journal, consacrée à l'observation par des amateurs de la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko, aussi appelée Tchouri. Cette étude entrevoit des pistes d’amélioration.

Pourquoi on en parle. Les sciences participatives (ou citizen science), qui impliquent des bénévoles non-professionnels afin d’en tirer des connaissances scientifiques, existent depuis longtemps en sciences naturelles, par exemple en mettant à profit le travail des ornithologues amateurs. Avec le développement des technologies numériques, cette tendance a investi d’autres domaines, dont l’astronomie. Les conditions de succès sont simples: même si les amateurs ont l’avantage d’être nombreux et passionnés, la clé est de leur faire respecter une méthodologie uniforme…

Cet article est réservé aux abonnés.

  • Accédez en illimité à nos actualités, reportages et enquêtes.
  • Partagez des articles réservés aux abonnés avec vos proches
  • Soutenez une rédaction indépendante.
  • Rejoignez plus de 5000 lectrices et lecteurs qui croient en notre projet.
  • Bénéficiez de 30 jours d’essai gratuit et sans engagement.
S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!

Lire aussi