| | Radar

Les arbres meurent de plus en plus jeunes, et piègent moins durablement le carbone

Image d'illustration | Pxhere/Domaine public

«Grow fast, die young.» Au fur et à mesure de l’augmentation du CO2 atmosphérique, les arbres poussent de plus en plus vite. Avec une conséquence inattendue: ils meurent aussi plus jeunes, selon une étude publiée dans Nature Communications, expliquée dans The Conversation par ses auteurs.

Pourquoi c’est préoccupant. Les forêts sont des puits de carbone, capables de stocker dans une certaine mesure l’excédent de CO2 de l’atmosphère. Mais si le cycle de vie des arbres se raccourcit, alors le carbone est stocké moins longtemps. Le risque de cette croissance rapide est que la forêt, à terme, finisse par perdre de la biomasse, les arbres anciens finissant par être remplacés par des jeunes arbres mourant rapidement. Or, l’incidence de ce phénomène sur les modèles scientifiques n’est actuellement pas pris en compte, expliquent les auteurs.

link

A lire sur The Conversation

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi